Noé

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Darren ARONOFSKY
Acteurs :
  Russell Crowe, Jennifer Connelly, Emma Watson, ...
     
Genre :
  Aventures
Durée :
  2 h 15
Date de sortie :
  09/04/2014
Titre original :
  Noah
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2014
  87 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
L'Arche de Noé et ses animaux, le premier arc-en-ciel et les Nephilim, une nouvelle fois la Genèse sur grand écran mais avec la technologie et les effets spéciaux d'aujourd'hui.
.O.

Xavier
@

.O.
14/04/2014
Comment pourrais-je rater un film du réalisateur du fameux « Requiem For A Dream », film coup de poing de l’année 2001 qui reste aujourd’hui encore l’une de mes expériences cinématographique les plus frappantes (quasiment au sens littéral du terme !). La question pourrait se poser tant sa filmographie suivante est inconstante, trop souvent éloignée de mes (grandes) espérances nées du @@@@ de RFAD. Remarquez, en 4 films il a réussi à taper à tous les niveaux de ma notation : « The Foutain » en 2006 ? @ - « The Wrestler » en 2009 ? @@@ - « Black Swann » en 2011 ? @@

Je n’attendais pas grand chose de ce “Noé” et, si ce n’était pas Aronofsky derrière la caméra, il serait surement passé aux oubliettes. Je me suis raccroché aux vérités « mathématiques » (un film sur deux convaincant ? Exact mais en même temps l’amplitude du début (4-1) a tendance à diminuer (3-2)) et sur le classique "moins j'en attend, meilleure est la surprise". Je comptais aussi sur une valeur sure : Clint Mansell à la musique. Le compositeur et ses acolytes livrant régulièrement des partitions de haute voltige (RFAD, The Fountain et The Wrestler sont de très très haut niveau) bénéficiait de 2h20 pour s’exprimer à l’écran !.

Le démarrage du film ne m’a pas vraiment rassuré : au commencement était… une société industrielle ? euh… j’ai vraiment dû sécher beaucoup de cours de caté quand j’étais petit :-p Certes, je ne suis pas là pour vérifier l’exactitude des faits (j'en serais bien incapable) mais cette entame est quand même surprenante. Je passerais sur la représentation du paradis avec son serpent menaçant et sa pomme qui a un rythme cardiaque (bof bof) et m’intéresserait à l’histoire de ce Noé qui n’a vraiment pas de bol dans la vie mais a l’avantage d’avoir une vision nette de ce que le créateur attend de lui. Chanceux !

L’histoire de l’arche n’a rien d’exceptionnelle (et tout le monde la connait) et sa construction (vive les veilleurs !) ainsi que son approvisionnement en animaux de tous genres est expédiée en quelques minutes. On sent bien que le cœur du problème n’est pas là et que c’est Noé qui intéresse le scénariste. L’idée est plutôt bonne mais malgré ses différents look, j’ai eu du mal à ne pas voir Maximus « Gladiator » en face de moi et non Noé, quidam lambda aux prises avec ses intuitions divines. Est-ce gênant ? oui car le Noé qui prend les bonnes décisions au bon moment c'est un peu trop facile...

Que l’on soit croyant ou non, le film aurait pu (du ?) être une belle réflexion sur le rôle de l’humain dans la religion : simple passeur sans réflexion, personnage faible mais destructeur qui n’a pas sa place au milieu des autres espèces ? Bipède écervelé qui ne pense qu’à manger, tuer et se reproduire ? Personnage réfléchi qui doit poser les bonnes questions plutôt que de chercher les mauvaises réponses dans les signes envoyés par la nature… et donc interprète de la parole divine ?

Il est dommage de ne pas voir Noé davantage réfléchir à la situation qu'il créer, de ne pas débattre avec sa femme, son grand-père, ses fils. Là, ce ne sont que pleurs et jérémiades en attendant que Noé fasse ce qu'il a à faire... ce ne sont que combats entre le Bien (Noé) et le Mal (le descendant de Caïn) qui laisse à penser qu'on est incapable d'évoluer, idée que je n'aime pas vraiment...

La quète de Noé passera par toutes les étapes attendues et le film manque complètement de subtilité. Cela se retrouve dans la musique que l'on entend bien mais qui a déjà été bien meilleure (ici c'est un "the foutain" allegé), dans le visuel avec de belles images (ça me rappelait l'Islande et ça m'a amusé de voir que le film avait en partie été tourné sur cette île), des belles montages pleines de couleurs mais un nombre de décors bien limité et mal exploité (l'arche est immense et on n'en voit que quelques parcelles internes) ou encore dans ces animations qui rappellent les shoots de drogie de RFAD avec cette fois des ciels aux mille couleurs qui voient des ombres chinoises illustrer des propos pompiers pour montrer leur universalité. Joli mais vain.

Bref, j'attendais d'être submergé par ce déluge, j'attendais d'être mis à la place de Noé et de croire en cette histoire, d'être bloqué par des dilemmes entre la famille et Dieu, ... A la place l'histoire se déroule sans qu'on y prenne part et je me suis retrouvé dans le rôle des deux jeunes gamins, à subir le film, à subir les décisions du père et devoir suivre sans moufter. Une position qui, lorsqu'on n'est pas transporté par le film, laisse sur le bord de la route à regarder passer les arches ce qui rend le film assez longuet.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Son Noé a un goût d'heroic fantasy étonnamment bienvenu. Si Aronofsky prend quelques latitudes du côté des écritures, le réalisateur reste fidèle aux enjeux, à ce que cette épreuve révèle de la nature humaine. Russell Crowe est un roc dans la tempête, le vertueux tourmenté qui devra choisir de laisser mourir l'humanité entière pour qu'elle renaisse selon le bon vouloir de Dieu. Sa foi en Aronofsky est sans faille.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil