Elle s'appelait Sarah

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Gilles PAQUET-BREBER
Acteurs :
  Kristin Scott Thomas, Mélusine Mayance, Niels Arestrup, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  13/10/2010
Titre original :
  Elle s'appelait Sarah
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2010
  29 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
Mariée à un Français, une journaliste américaine prépare un article sur la rafle du Vél'd'Hiv. C'est ainsi qu'elle découvre l'existence de Sarah, 10 ans en juillet 1942. Enquêtant sur la fillette, elle met à jour un secret familial. L'adaptation du livre de Tatiana de Rosnay et la rencontre de deux drames.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
24/10/2010
La bande annonce ne me parlait pas beaucoup mais Amandine m’avait parlé du film me disant qu’Elisabeth avait lu le livre et qu’il était très bien… d’un autre coté, Antoine m’avait devancé dans la catégorie « lapidaire » (© papa !) en me faisant une métaphore amusante sur le film : « c’est comme les écoles d’ingénieurs lambada comparées aux grandes écoles : ça parle de pleins de sujets mais ça n’approfondit rien donc on sort sans rien avoir appris ! ».

Hum… si on commence à me piquer mon rôle de « grand méchant », que va-t-il me rester ???? et bien, le rôle du « grand défenseur » ! Bon, il ne faut pas abuser, le film n’est pas phénoménale et un peu de retenu n’aurait pas fait de mal mais, au final, j’ai été plus intéressé par ce dernier que par « La rafle », sortie un peu plus tôt dans l’année.

Le va et vient entre l’époque actuelle et les années 40 se fait d’une manière assez fluide et les questions soulevées par Kristin Scott Thomas font souvent mouche. Je pense que c’est ce qui a embêté Antoine (mais il le dira mieux par lui-même) car on aimerait de temps en temps que soit creusé les petites phases qui font mouches ou ces interrogations sur ce qu’on aurait fait « à l’époque » ramené à ce qu’on fait « aujourd’hui »…

L’enquête sur l’appartement sert de fil conducteur mais, là encore, de trop nombreuses zones d’ombre sont dépassées d’une ellipse: ces appartements récupérés, qui les proposait ? qui les récupérait ? … comment, à l’époque ceci était intégré ? là encore, on juge avec 50 ans de recul mais pouvait-on jeter la pierre aux gens qui les ont récupères à l’époque (et donc savaient-ils ou pas ce qui c’était passé ?). Enfin, on se serait bien passé des problèmes de couple et de ce bébé que l’on voit arriver gros comme un camion avec toute la symbolique qui va nous être servie avec…

Pour la partie du film concernant le « passé », les mêmes problèmes surgissent : on prend quelques scènes fortes et on les empile, sans chercher à comprendre ce qui fait qu’elles ont pu se produire (la sortie du « Vel d’Hiv », l’évasion du camp pour les gamines, les rapports entre les paysans et les gens en fuite…) ce qui donne, parfois, l’impression d’être dans un livre d’images plus que dans un bouquin qui cherche à aller au-delà des premières impressions laissées et, pour cela, je rejoins totalement Antoine…

Le film n’est pourtant pas mauvais, et à certains moments on ressent une réelle émotion mais le sujet méritait un développement bien plus profond, ce qui laisse un gout d’inachevé mais donne envie de poser des questions sur les faits, de s’instruire et donc, pour ça, le film reste pour moi une réussite.
.O.

Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# #
.O.
D'un côté Sarah, une enfant juive prise dans les rafles du Vel' d'Hiv' en 1942, qui cherche à rejoindre son petit frère qu'elle a enfermé dans un placard pour le sauver de la police. De l'autre, une journaliste, aujourd'hui, qui enquête sur le passé d'un pays et qui va découvrir un secret de famille. On a un peu de mal à passer de l'une à l'autre, d'autant que la partie contemporaine, portée par Kristin Scott Thomas, est très forte. Reste un récit souvent bouleversant et un questionnement intéressant sur le comportement des Français pendant la guerre.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil