The Jane Doe Identity




 
Réalisateur :
  André ØVREDAL
Acteurs :
  Emile Hirsch, Brian Cox, Ophelia Lovibond, ...
     
Genre :
  Epouvante-horreur, Thriller
Durée :
  1 h 39
Date de sortie :
  31/05/2017
Titre original :
  The Autopsy of Jane Doe
   
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2017
   

Résumé :
.O

xx
.O.
Quand la police leur amène le corps immaculé d’une Jane Doe (expression désignant une femme dont on ignore l’identité), Tommy Tilden et son fils, médecins-légistes, pensent que l’autopsie ne sera qu’une simple formalité. Au fur et à mesure de la nuit, ils ne cessent de découvrir des choses étranges et inquiétantes à l’intérieur du corps de la défunte.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
21/06/2017
Petit film à tendance horrifique, "the jane Doe Identiy" met en scène un médecin légiste et son fils qui vont se retrouver face à un cas particulièrement intéressant. Le film joue sur tous les clichés du genre quand il s'agit de montrer la morgue où sera pratiquée l'autopsie : en sous-sol, avec un ascenseur qui grince, dans une villa isolée, petit chat ... les ficelles semblent un peu grosses mais je me suis laissé prendre par le début du film qui est assez mystérieux et donne envie d'en savoir un peu plus sur cette mystérieuse femme.

Le duo père fils joué par Émile Hirsch et Brian Cox est plutôt correct et c'est intéressant de voir le plus vieux utiliser son expérience pour faire avancer l'autopsie et montrer au plus jeune la rigueur nécessaire pour mener à bien sa tâche. La suite du film est malheureusement plus classique et comme souvent dans les films d'horreur, le comportement des deux personnages principaux, censés être ultra rationnel, frise parfois le grand n'importe quoi.

Bref, après une première partie intrigante, le scénario revient rapidement à des choses plus classiques et le film perd de son originalité. Le film est donc à moitié réussi ce qui lui donnera une note à peine à la moyenne mais je ne suis pas un bon critique des films d'horreur, le genre n'ayant pas mon affection :-p
.O.

Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Dans ces persinnages, Brian Cox et le revenant Emile Hirsch livrent eux aussi une prestation sobre. Sans surjeu. Sans épate facile. Symbole parfait d'un film qui vous embarque sans prevenir pour ne plus vous mâcher jusqu'à l'ultime plan... où le retour à l'ar libre n'est pas forcément plus rassurant. Mais chut !
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil