Moonlight




 
Réalisateur :
  Barry JENKINS
Acteurs :
  Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 51
Date de sortie :
  01/02/2017
Titre original :
  Moonlight
   
Note "critique" :
  2,83
 Classement 2017
   

Résumé :
.O

xx
.O.
Après avoir grandi dans un quartier difficile de Miami, Chiron, un jeune homme tente de trouver sa place dans le monde. Moonlight évoque son parcours, de l’enfance à l’âge adulte.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
16/02/2017
Les critiques étaient élogieuses et j'avais eu la bonne idée de fermer les yeux lorsque la bande annonce était passée au cinéma... la surprise n'en est que plus mauvaise avec un film qui a obtenu 8 nominations aux oscars ce qui, après "La la land" me laisse par avance perplexe des résultats de la future cérémonie.

Des le départ, le réalisateur part du mauvais pied : sa caméra à l'épaule qui part dans tous les sens n'aide pas à illustrer un scénario qui piétine sur des thèmes cent fois rabâchés. Enfance difficile, que ce soit à la maison ou à l'école ? en effet le petit "Little" n'est pas aidé mais il trouve une aile protectrice auprès d'un couple qui sera la seule bonne idée du film, la seule filmée avec retenue.

Le petit bonhomme est frêle, il se cherche et le scénario prend une voie que je n'avais pas vu venir en même temps que le petit Little retrouve son nom, Chiron. Si vous n'aviez pas compris la transition, un titre apparait à l'écran pour vous le rappeler et un rapide coup d'oeil sur l'affiche (assez jolie au demeurant) vous montre que le film se veut une fresque au long cours en 3 épisode. L'adolescent se cherche et lorsque le film sort du sentier "souffre douleur à l'école" et "mère qui a du mal à s'occuper d'elle... alors de son fils..." on part dans l'orientation sexuelle du gamin avec les gros sabots pour illustrer tout cela (la scène sur la plage comme celle du rêve qui débouche sur un caleçon mouillé... ).

Remarquez, il y a pire avec un épisode top-chef qui voit l'un des personnages émincer les aromates avant de les faire tomber au ralenti sur le paté de riz... j'ai eu du mal à ne pas rigoler (remarquez, on était dans la salle donc ça n'aurait pas dérangé grand monde) et j'ai trouvé bien longuettes ces discussions de comptoir.

Bref, voilà un film classique dans son scénario qui nous montre un enfant souffre-douleur de sa classe d'âge qui grandit dans un environnement difficile et qui a du mal à se trouver mais qui suit la voie de son père de substitution... Si je comprends les intentions, le kouglof a du mal à passer surtout qu'il n'est pas illustré d'une manière exceptionnelle. Tiens, ça me donne envie de revoir "La Cité de Dieu" :p
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # #
.O.
Un choc.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil