L'amant double




 
Réalisateur :
  François OZON
Acteurs :
  Marine Vacth, Jérémie Renier, Jacqueline Bisset, ...
     
Genre :
  Thriller
Durée :
  1 h 47
Date de sortie :
  26/05/2017
Titre original :
  L'amant double
   
Note "critique" :
  2,66
 Classement 2017
   

Résumé :
.O

xx
.O.
Chloé, une jeune femme fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul. Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité.
.O.

Xavier
@

.O.
24/06/2017
François Ozon continue de réaliser des films originaux, quasiment toujours sélectionnés à Cannes, et quasiment toujours bredouille au moment de la distribution des récompenses. Pour une fois, je ne me demande pas d'où vient ce flop festivalier alors que les échos entendus lors de sa présentation étaient plutôt bons...

À l'instar des films d'horreur que je regarde d'un oeil totalement détaché en me disant que les situations sont plus grotesques les unes que les autres, cet "amant double" dont la subtilité du titre n'a d'égal qu'une bande-annonce qui en dit beaucoup trop ne m'a pas du tout impliqué. Si le début du film est bon avec une sorte d'énorme monologue de la part de Marine Watch, la suite se complique très rapidement. Le scénario doit faire douter le spectateur, entre fantasme et réalité... ce qui nous est rappelé par des décors qui n'ont rien de subtil (glaces placées en dégradé, escaliers en colimaçon ... ) et des interactions entre personnages qui me laissent perplexe (non, je ne veux pas de vous... ah si, sautez-moi dessus et je reviendrai !).

Je suppose que tout ceci est fait pour mettre mal à l'aise le spectateur mais, pour cela, il aurait fallu que je me sente impliqué dans l'histoire, ce qui n'a jamais été le cas. Du coup, j'ai regardé les multiples rebondissements se succéder sans jamais frissonner et c'est avec plaisir que j'ai vu apparaître le générique final.

Bref, l'amant double semble énormément diviser les spectateurs : "Brillant, saisissant, sulfureux" pour les uns, "sous influences mal digérées de Cronenberg, De palma, Palanski, ..." pour les autres. Je me range sans cette seconde catégorie sans aucun doute. Aller, un @ pour le tout début du film et parce que c'est Ozon derrière la caméra, sinon c'était un 0 sans regret !
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Comme eux, Ozon sort de sa zone de confort avec l'ombre écrasante de "Faux-semblants" qui plane sur son récit. Cette comparaison avec Cronenberg ne joue pas en sa faveur. Pas plus qu'une revelation finale décevante par rapport au chemin qui y a conduit. Mais son jeu finement pervers avec le spectateur-voyeur place "L'Amant double" parmi les oeuvres les plus saillantes de sa filmographie.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil