Vincent n'a pas d'écailles




 
Réalisateur :
  Thomas SALVADOR
Acteurs :
  Thomas Salvador, Vimala Pons, Youssef Hajdi, ...
     
Genre :
  Fantastique
Durée :
  1 h 20
Date de sortie :
  18/02/2015
Titre original :
  Vincent n'a pas d'écailles
   
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2015
  44 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Le tout premier film de superhéros, version terroir français ! Garanti sans effets numériques ni monstres tricéphales en guise de méchants. Voici pour le concept, audacieux et excitant
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
25/02/2015
Ce film m'a laissé sur ma faim : 1 h 15 min, générique compris ? Cela aurait constitué un bon épisode d'introduction pour une série télé qui développerait l'histoire de ce gars qui n'a rien demandé à personne mais qui se retrouve avec une force décuplée lorsqu'il est en contact avec l'eau.

Plus de la moitié du temps, vous verrez l'acteur principal se baigner, faire des longueurs qui nous montrent, encore et encore, que lorsqu'il est dans l'eau il nage comme personne mais cela se révèle un peu vain... l'histoire d'amour est mignonne mais le film, en se refusant au classique développement "découverte du pouvoir, utilisation du pouvoir, recherche par des gens qui veulent se l'approprier ou, au moins, comprendre de quoi il en retourne", ne donne pas grand-chose à se mettre sous la dent.

La fin, muette, demande même de rester pendant tout le générique pour comprendre où est arrivé le gars...

Bref, j'ai eu la sensation de voir une version "de travail" d'un projet original mais avec encore des longueurs, des personnages pas totalement dessinés et des idées qu'il faudrait développer. Après vérification, ce n'est pas le cas donc je pourrais comprendre que ceux qui paieront 10 euros la place râlent devant cet embryon de film qui demanderait franchement à être développé.
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Thomas Salvador propulse Vincent (...) dans un univers bucolique pas si éloigné de celui d'un Guiraudie (L'inconnu du lac). Son naturalisme, ses touches humoristiques et sa manière de prendre à revers un genre typiquement hollywoodien surprend et séduit. Reste qu'une fois le dispositif posé, le récit n'évolue plus. L'acteur réalisateur se filme sous tous les angles, avec un certain narcissisme, et oublie l'essentiel : créer un minimum d'enjeu. Dommage.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil