Valley Of Love




 
Réalisateur :
  Guillaume NICLOUX 
Acteurs :
  Isabelle Huppert, Gérard Depardieu, Dan Warner, ... 
     
Genre :
  Drame 
Durée :
  1 h 30 
Date de sortie :
  17/06/2015 
Titre original :
  Valley of Love 
   
Note "critique" :
  3,33 
 Classement 2015
  1 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Isabelle et Gérard font le deuil de leur fils Michael, qui s'est suicidé six mois auparavant. Ils ne se sont pas vus depuis longtemps et se retrouvent dans la Vallée de la mort, en Californie, où michael leur a donné rendez-vous par le biais d'une lettre qu'ils ont reçue après sa mort.
.O.

Xavier
@ @ @ @

.O.
20/06/2015
Ma journée ciné aura vraiment été bizarre : alors que "Mustang" avait tout pour me convaincre et qu'il n'a que partiellement réussi à le faire, "Valley Of love" avait tout pour m'exaspérer et il n'a pas réussit sa mission (pfew... quand j'vous dis que tout fou l'camp :-p ) et m'a au contraire embarqué dans un voyage vers deux mondes que je maîtrise bien mal, celui de la croyance et celui de l'amour.

La bande-annonce donnait le ton : Huppert et Depardieu tiennent le film sur leurs épaules et les retrouvailles/confrontations entre les deux sont exceptionnelles. Elle, qui parle toujours trop fort, qui n'arrive pas à décrocher et semble branchée sur 100 000 Volts dans une sorte de fuite en avant qui l'empêche de prendre la mesure de sa vie ; Lui, choisissant une attitude diamétralement opposée pour les mêmes raisons ce qui n'empêche aucun des deux de revenir honorer un rendez-vous dont ils attendent tout (ou rien) suivant leur caractère...

Je n'ai pas vraiment connu la "grande" période de Gérard Depardieu et les jeunes générations actuelles ne voient en lui qu'un Obélix qui est parti vivre en Russie car il payait trop d'impôts en France, un ersatz de ce comédien qui a pourtant marqué la pellicule et le cinéma français dans de nombreux de film. Ayant du mal avec les film "anciens" (j'en ai déjà parlé, je n'arrive pas à me retrouver "neutre" face à eux, à leur enlever l'étiquette de film "culte" qu'ils ont récupéré, à me mettre dans le rythme des histoires de l'époque, à comprendre que telle ou telle chose était révolutionnaire alors qu'aujourd'hui c'est du classique...) donc je me réjouis d'avoir pu voir un film ou Dépardieu explose la pellicule.

La prestation d'Isabelle Huppert, une actrice que j’apprécie et que j'ai eu l'occasion de voir plus souvent dans de bons rôles, est très bonne (car pour exister ici, il fallait être sacrément fort) mais Depardieu... Désolé pour Vincent Lindon mais il faudra un jour qu'on m'explique comment le prix d'interprétation masculine a pu passer sous le nez (et le ventre, ce ventre !!!) de Depardieu... Quel acteur aujourd'hui peut se balader en caleçon, prononcer 3 mots et occuper (à tous les sens du terme) l'écran comme lui ???

Pourquoi est-ce que je parle autant des acteurs ? parce que le film aurait pu sombrer dans le ridicule le plus profond surtout quand, comme moi, on est peu versé dans le surnaturel, dans les croyances diverses et variées et que le seul saint qui a du crédit, est Thomas avec son "voir pour croire" :o)

A coté de cette recherche, le couple séparé depuis un moment évoque sa vie commune à travers des souvenirs qui ne semblent plus synchrones, tout le travail de la mémoire (évoqué dans le film "vice-versa" des studios Pixar vu le même jour) qui devient sélective avec le temps étant amené par petites touches qui permettent, à la manière d'un peintre impressionniste, de se faire en creux une idée de leur vie passée à travers ces diverses anecdotes.

On ne peut pas détester quelqu'un que l'on a vraiment aimé... encore une idée qui pourrait paraître limite niaise mais qui est parfaitement amenée dans ce film où l'on sent que ces deux personnes, qui n'ont visiblement plus grand-chose en commun si ce n'est la perte d'un être cher (qu'ils avaient délaissé depuis un moment), gardent une sorte de fil invisible, j'allais écrire une tendresse l'un pour l'autre mais je ne suis pas certain que le mot soit vraiment approprié...

J'ai l'impression de me perdre dans ma critique comme les personnages se perdent dans ce désert et pourtant tous semblent y trouver des réponses donc j'espère que vous aussi vous vous laisserez emporter par ce film qui aurait pu procurer une belle insolation avec le mal de crane qui va avec mais se termine avec la sensation d'avoir avancé, dans des directions diverses suivant vos croyances mais avancé tout de même ce qui n'est pas toujours le cas au cinéma.

Bref, un film loin d'être anodin qui est une véritable expérience et qui terminera tout en haut de mon classement 2015 (après "Ony Lover Left Alive" l'année dernière, on va encore me dire que je porte au pinacle des choses un peu trop "sensorielles", moi le cartésien pur jus :-p).
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Depardieu en état de grâce, dans un film qui traite du deuil avec subtilité. (...). Ecrin idéal pour un tel joyau, la mise en scène ultra-maîtrisée de Nicloux traduit incroyablement la pesanteur du lieu - oppressant et libérateur -, comme celle des corps.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil