Taxi Téhéran




 
Réalisateur :
  Jafar PANAHI
Acteurs :
  Jafar Panahi, ...
     
Genre :
  Documentaire
Durée :
  1 h 20
Date de sortie :
  15/04/2015
Titre original :
  Taxi
   
Note "critique" :
  2,87
 Classement 2015
  16 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Jafar Penahi sillonne les rues de Téhéran au volant de son taxi. Il y a installé de petites caméras digitales avec lesquelles il filme ses compatriotes, dressant  ainsi un portrait multiforme de la société iranienne.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
18/04/2015
Voilà "Taxi Téhéran", qui a obtenu l'Ours d'Or du festival de Berlin ce que j'avais retenu puisque le président était un certain Darren Aronofsky (vous avez dit "Requiem For A Dream" ?!!). L’extrait donnait envie de découvrir le film mais, au final, c'est la déception qui prédomine et je me demande vraiment si ce n'est pas le symbole qui a été primé (comme "Fahrenheit 9/11" de Michael Moore à Cannes en 2004) plus que le film.

Il faut dire que la comparaison avec "Le Challat de Tunis", vu deux jours plus tôt, est assez inévitable avec, pour les deux, ce côté "documentaire/fiction" qui fait en creux un portrait du pays concerné en essayant de conserver les formes imposées par le régime en place tout en gardant sa liberté de pensée.

Le dispositif du Taxi est un bon moyen pour contourner la censure et, pendant quelques minutes, je me suis demandé si c'était des acteurs que l’on voyait à l’écran ou des gens pris au petit bonheur la chance. Les problèmes de droit à l'image (et surtout le danger de représailles avec les idées émises à l'écran) et la manière d'être de certains personnages m'ont vite ramené du côté de la "fiction", la fille du réalisateur avec son débit de mitraillette et ses répliques au cordeau achevant de me convaincre qu'il n'y avait pas grand-chose de naturel à l'écran.

Du coup, on ressent bien le brûlot politique que peut constituer un tel film et il faut saluer la volonté du réalisateur de tourner, le courage des acteurs qui ont des textes assez éloignés de ce que le régime en place doit apprécier de voir sur les écrans (cette absence de "noirceur", les personnages positifs qui ont une tenue correcte exigée et le nom qui va avec, etc... ) mais est-ce pour autant un grand film ? Si l'on excepte le côté politique, j'ai des doutes et cette attaque "frontale" m'a paru bien moins subtile que celle du "Challat de Tunis".

Du coup, c'est sur une sensation mitigée que je suis ressorti de la salle : oui, ce film est nécessaire... oui il bénéficie d'un casting qui assure et qui porte le message parfaitement... mais la pseudo spontanéité se paie quand le factice se ressent autant et du coup je n'arrive pas à adhérer pleinement au film en tant qu’œuvre alors que je ressens à 100% le message.

Bref, je ne sais pas si je suis très clair mais j'espère quand même que mon ressenti sera compris et sinon, je tacherai d'écrire une meilleure critique un peu plus tard :o)
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Car avec ce mariage réussi entre fiction et documentaire, il s’inscrit pleinement dans ce qui fait le sel néoréaliste de son œuvre depuis « Le ballon d’or » . Un geste fort (…) qui dit que rien ne le fera dévier de ses ambitions artistiques formelles et scénaristiques, quelles que soient les contraintes (...)
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil