Seul sur Mars




 
Réalisateur :
  Ridley SCOTT
Acteurs :
  Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig, ...
     
Genre :
  Science-Fiction 
Durée :
  2 h 20 
Date de sortie :
  21/10/2015
Titre original :
  The Martian
   
Note "critique" :
  2,83
 Classement 2015
  61 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Mark Watney et ses coéquipiers sont envoyés en mission sur Mars. Une tempête met à mal leur expédition. Les astronautes quittent la planète rouge, laissant derrière eux Mrk, qu'ils croient mort. Watney finit par se reveiller et, décidé à survivre, il met tout en oeuvre pour communiquer avec la NASA...
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
27/10/2015
Je n'attendais rien au départ de ce film puis l'affiche, sa petite phrase d'accroche, la bande-annonce, les premiers retours, tout cela m'a franchement donné envie de le voir et dès que je suis revenu sur Paris je me suis précipité dans la plus belle salle du cinéma du coin pour un voyage vers Mars que j’espérais décoiffant.

Le résultat est déprimant et finalement tellement prévisible que je m'en veux quasiment plus qu'aux scénaristes. Eh oui, encore eux... Dites les gars, comment vous pouvez essayer de nous faire croire qu'on envoie des navettes sur Mars depuis 20 ans (c’est la 5ème expédition quand même !) et qu'aucun des génies n'a visionné "Apollo 13" (oui oui, le film... mais aussi, accessoirement, une mission menée par la NASA qui avait eu quelques soucis !) ?

La partie sur Mars est correcte alors qu'elle débutait mal : difficile de s'attacher aux personnages avant l'explosion (au moins pas de temps d'attente, on fonce directement dans le vif du sujet) et quand les évènements s'enchaînent, c'est vraiment grossier "aller je coupe les conversations car je n'arrive pas à avoir le silence en classe" (oups déformation professionnelle..), les ingénieurs de la NASA ont prévu des tempêtes mais pas trop grosses (ce n’est pas comme si le premier CarGlass était a des milliards de km...) et un des personnages reste en rade mais pas un seul moment on aura la pétoche pour lui parce que c'est Matt Damon et que, franchement, quand on a fait "Jason Bourne" on ne craint pas de rester 4 ans dans un bled perdu !

Heureusement le film se rattrape : un petit casse-tête pour communiquer (un peu trop vite résolu), un personnage qui va utiliser ses connaissances (faites des études les enfants, ça pourrait vous sauver sur Mars un jour !), un peu trop de "think positive" et une musique qui tape autant sur le système du personnage principal que sur les notre ce qui permet 2-3 blagounettes mais qui est incompréhensible quand on sait le poids des MP3 et qu'on voit les caisses de chacun des astronautes...

Le retour sur Terre aurait pu être intéressant si on nous avait évité le personnage su scientifique qui est encore une fois présenté comme le gamin qui va faire la nique à son patron en ayant une idée finalement très classique, qu'on avait évité la pub en direction des Chinois (qui ont un marché cinématographique qui va dépasser en millions de dollars celui des États-Unis dès l'année prochaine ce qui explique leur présence de plus en plus importante à l'écran dans les productions américaines car quelques dizaines voir centaines de milliers de dollars de ramené, on ne crache pas dessus) et qu'on repense aux déclarations de la NASA qui annonce avoir trouvé de l'eau sur Mars pile au moment de la sortie du film (vous avez dit bizarre ? comme c’est bizarre) ce qui renforce l'impression d'assister à une pub géante à l'instar d'un "top gun" il y a quelques années.

C'est vraiment dommage car le film montre que les procédures de contrôle ne sont pas là pour faire joli (eh oui 5% ce n'est pas négligeable) mais nous sort derrière une expédition de sauvetage qui défie toute logique et le film continue perpétuellement ce mélange entre MacGiver dans "on a marché sur Mars" et la petite maison dans l'espace ou les dialogues du reste de l'équipage sont quand même très plat.

Plus j'y repense et plus je vois ce film comme un bel exemple de ce qu'Hollywood peut faire de mieux et de pire en même temps... il aurait fallu un peu plus de noirceur, d’humour noir de la part du personnage principal qui devrait avoir du mal avec la contrainte temporelle annoncée sur l'affiche : quand le film joue sur les temps de latence, on gagne en réalisme... alors évidemment il faut faire boum/pif/clac à l'écran pour ne pas endormir le spectateur mais quand même, chaque contre temps est surmonté avec une telle facilité qu'on fini par bailler poliment devant l'écran en attendant que Bob revienne chez lui...

Bref, le matériau est bel et bien présent et si vous n'êtes pas trop regardant, le film fera un divertissement honnête mais il y avait tellement mieux à faire...
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Seul sur Mars manque de cette émotion et de ce mystère qui le propulserait au rang de grand film. Mais il reste le meilleur Scott depuis longtemps.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil