Masaan




 
Réalisateur :
  Neeraj GHAYWAN
Acteurs :
  Richa Chadda, Vicky Kaushal, Sanjay Mishra, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  24/06/2015
Titre original :
  Masaan
   
Note "critique" :
  1,83
 Classement 2015
  48 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Dans la ville sainte de Bénarès, des personnes tiraillées entre leur désir de modernité et la fidélité aux traditions morales. Deepak aime une jeune fille d’une caste supérieure. Dévi est torturé par la disparition de son amant et son père, Pathak, perd le sens moral face à la corruption policière. Jhonta cherche une famille…
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
29/06/2015
"Massan" est un film indien qui avait eu de bonnes critiques sur le forum ciné, charmant thrasybule, nuages et Zarathoustra-Educateur mais, encore une fois, je vais me sentir le vilain petit canard de la bande...

J'avais pourtant un a priori positif sur le film et, sans trop savoir pourquoi, j'avais envie de l'apprécier... je n'ai pas souvenir d'avoir vu la bande-annonce donc je ne peux pas dire que j'en attendais énormément mais j'avais un bon feeling avec cette idée que, sans en connaître grand-chose, je l'apprécierais d'autant mieux.

Le film démarre très fort avec un premier quart d'heure qui annonce du tout bon... mais la suite ne fera que dévoyer cette histoire d'amour interdit, de traditions qui paraissent anachronique à l'époque où l'on se drague par Facebook interposé avec en arrière-plan la question des castes qui sont l'une des seules choses que m'évoque ce pays (avec ses informaticiens :-p) que je connais très mal.

J'avais envie de mieux comprendre cette tradition du bûcher qui est quand assez frappante, j'aurais aimé comprendre ces histoires de bonus (pourquoi une fois tous les 10 ans et, le reste du temps, à qui va l'argent ?), j'aurais aimé savoir si cette tradition est toujours valable pour tous les Indiens ou pour certaines castes justement, j'aurais aimé vivre plus proche de ce père qui ressemble tellement à mon médecin depuis 30 ans qu'il faudra que je lui demande s’il n'a pas un frère jumeau à l'autre bout du monde.

Choc de la modernité et de la tradition, cohabitation compliquée entre les deux... i y avait de quoi faire, sans partir dans du tout pédagogique mais après 45 minutes on tombe dans le mélodrame à deux sesterces avec poésie et amours contrariés.... Eros et Thanatos deux fois, merci, ça va, j'ai compris... le drame toujours présent, c'est la sensation d'être en pilotage automatique alors que j'aurais aimé que soit développée la relation entre le père et l'orphelin (et qu'on m'évite cette scène de "noyade" que l'on attend dès la première fois ou le gamin obtient l'autorisation de plonger).

Où est la subtilité dans ce film ? le coup de la bague est énorme, le lien entre chemins de fer et la croisée des chemins qui permet d'avancé montré avec tant de délicatesse que j'avais envie de leur envoyer des TGV faire accélérer une histoire qui se traînait inutilement et la fin qui boucle toutes les histoires sans qu'à aucun moment, hormis ce fameux premier quart d'heure, je n'ai le cœur serré et l'envie de hurler alors qu'il y aurait de quoi. Coté image, c'est la même chose : il y a de jolis plans mais il y a presque le panneau en même temps qui dit "regardez, je vous propose un joli plan". Tout semble calculé, mesuré et lorsque j'ai regardé le nom du réalisateur après avoir vu que la musique était de Bruno Coulais et que le film état en partie produit par Arté France, je m'attendais presque à voir le nom d'un réalisateur non indien. Raté, Neeraj Ghaywan est bien natif d'Inde et, pire, il m'avait convaincu avec l'un de ses précédents films, le très bon "Ugly" qui, pour le coup des policiers corrompus et de l'influence sur la vie locale était tellement meilleur.

"Masaan" n'est pas un mauvais film... ce n'est pas non plus un bon film... il naviguera du coup un peu en dessous de la moyenne chez moi car il avait les armes pour faire mieux, tellement mieux :/
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# #
.O.
Trois histoires allégoriques pour dénoncer la misère, la corruption policière, les injustices dont les femmes sont victimes, le clivage des castes : c'est beaucoup demander à un seul film.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil