Loin des hommes




 
Réalisateur :
  David OELHOFFEN
Acteurs :
  Viggo Mortensen, Reda Kateb, Djemel Barek, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 40
Date de sortie :
  14/01/2015
Titre original :
  Loin des hommes
   
Note "critique" :
  2,87
 Classement 2015
  54 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
L'Atlas algérien durant l'hiver 1954. La gendarmerie confie à un instituteur un jeune Algérien accusé de meurtre. Rapidement, ces deux hommes au caractère opposé doivent fuir ensemble dans les montagnes pour échapper aux villageois qui veulent venger sa victime.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
17/01/2015
Une petite journée de 5 films entre 15h et 00h30 ? ça m'a rappelé ma jeunesse :-p

J'ai débuté par "Loin des hommes" dans une salle malheureusement bondée ce qui m'a valu d'être au 3ème rang, situation que je n'aime guère, moi l'habitué du dernier rang. Les superbes paysages vus d'un peu trop près donnaient parfois l'impression d'être flou mais j'avoue que le randonneur que je suis s'est dit à plusieurs reprises qu'il y avait sûrement de très belles choses à faire dans le coin ;-)

Coté histoire, je suis assez mitigé : Viggo Mortensen en petit homme paisible qui est quand même capable de prendre le fusil et le manier sans soucis ça vous rappel quelque chose ? A History of Violence... en effet. Le prisonnier et son geôlier que "tout oppose" mais qui vont grandir, se "relever" dirait Télérama, au contact l'un de l'autre ? Qui vont se sortir de toutes les situations avec l'un qui sauve l'autre puis l'autre qui sauve l'un ? Oui c'est très bien, très joli mais cela ne m'a pas enthousiasmé.

Quand les personnages du film ont commencé à évoquer le "prix du sang", j'ai tout de suite pensé au film "Les Enfants de Belle Ville" de Asghar Farhadi qui traite de cette loi avec une superbe force. Là, cela ne sert que de prétexte à la rencontre et la solution évoquée semble déjà entérinée sans que le problème "moral" que cela pourra poser au personnage de Redah Kateb soit vraiment mis en avant.

Le personnage de Viggo Mortensen, cet instituteur qui essaye de vivre "normalement" au milieu d'une région où tout risque rapidement de partir en vrille m'a évoqué le personnage de "My Sweet Pepper Land" où la position du représentant de l'école était bien plus maltraitée ce qui faisait d'autant plus s’interroger.

Le voyage de ces deux hommes leur fera rencontrer les deux camps qui s'affrontent : les français qui font des crimes de guerre auront en contre point les évènements relatés par les policiers ("ils" ont tué un instituteur et fait sauter des bombes) ce qui ne donne pas de clefs pour comprendre où a débuté ce conflit et pourquoi il s'est terminé en guerre (quand on parle de la guerre d'Algérie, je me demande souvent ce qui définit un pays, ce qui en donne ses limites géographiques puisqu'on peut se dire que dire que l'Algérie était la France est "bizarre" mais La Guadeloupe ou d'autres îles, éloignées de la métropole sont bien des départements français" donc il faudra un jour que je trouve un livre ou quelqu'un pour m'expliquer comment se constitue un pays et ce qui fait qu'il se "maintien" et qu'il n'explose pas comme l'ex URSS, L'ex-Yougoslavie etc... ou qu'il se maintient - vous avez dit "Catalogne" et autres régions "indépendantistes" ???).

Enfin, je m'égare mais le seul moment où j'ai vraiment ressenti de l'émotion, c'est celui où l'instituteur dit "au revoir" à ses élèves... c'est tout bête, mais plus que dans les moments de tension qui m'ont paru parfois très "explicatifs", trop bien insérés dans un scénario qui m'a semblé cousu de fil blanc avec une fin qu'il ne prend même pas la peine de laissé ouverte.

Bref, le film n'est pas mauvais mais il a vu trop grand et ne traite pas de façon assez approfondie les multiples thèmes qu'il évoque. Du coup, en y repensant ce matin je n'ai pas d'images marquantes en tête, si ce n'est le visage des deux acteurs principaux plus que le visage des deux personnages principaux (oui Mortensen et Kateb sont bons, mais ça c'est habituel :-) ).
.O


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Une adaptation très personnelle, plus convaincante d'ailleurs lorsqu'elle s'affranchit du texte d'origine, de L'Hôte de Camus aux beaux accents de tragédie exsangue et de western désespéré. (... ) La mise en scène, épique et sèche, sert magnifiquement l'interprétation de Viggo Mortensen et du toujours grandiose Reda Kateb. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil