Les souvenirs




 
Réalisateur :
  Jean-Paul ROUVE
Acteurs :
  Michel Blanc, Annie Cordy, Mathieu Spinosi, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  14/01/2015
Titre original :
  Les souvenirs
   
Note "critique" :
  3,00
 Classement 2015
  8 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Romain, 23 ans, veilleur de nuit dans un hôtel, aimerait devenitr écrivain. Son père, 62 ans, prend sa retraite. Sa grand-mère, 85 ans, placée dans une maison de retraite par ses fils, disparaît. Romain part à sa recherche.
.O.

Xavier
@ @ @

.O.
17/01/2015
"Les souvenirs" a pour lui un joli casting et surtout Jean-Paul Rouve derrière la caméra. C'est amusant comme ce trublion des "Robins des bois", troupe qui ne m'a pas particulièrement marquée, est en train de se faire discrètement sa place dans "mon" paysage cinématographique après un premier film peu convaincant ("Sans arme, ni haine ni violence") son second m'avait bien plu ("Quand je serais petit") et celui-ci m'a vraiment beaucoup plus.

Voilà une comédie (dramatique rajoutera sûrement le "Pariscope" lorsque je ferai sa fiche) qui m'a fait rire bien plus que "La famille bélier" ou "Hypercondriaque" les succès français de l'année dernière qui n'étaient pas mauvais mais me semblaient trop souvent forcés.

Là, les thèmes abordés sont multiples que ce soit la recherche de la perle rare pour le plus jeune, le passage à la retraite pour le père ou la perte d'autonomie et la maison de retraite pour l'aînée de cette famille. Trois générations, trois problèmes différents mais le film ne choisis pas de s'apitoyer sur le sort de ses personnages qui sont râleurs comme il faut, qui paraissent proche et permettent de croire en leurs réactions, d'être en empathie avec eux, ce qui est assez rare pour être souligné.

On reprochera au film son côté bisounours, mais pour une fois je ne serais pas d'accord (et j'attends déjà le retour moqueur de certains... ce sera de bonne guerre) et j'ai trouvé touchant ces personnages qui vivent des situations de tous les jours qui me toucheront (où me touchent...) moi aussi dans cette vie.

Dois-je renforcer mes liens avec l'école primaire ? La solution pour trouver la perle rare est peut-être là ! plus sérieusement, il y a vraiment de jolis passages et, si la bande-annonce en déflore quelques-uns, elle n'empêche absolument pas d’apprécier le film ce qui est un indice qui ne trompe quasiment jamais.

Bref, je déteste ce mot mais pour une fois je trouve qu'il y a une véritable bienveillance dans ce film envers tous les personnages, preuve en est avec une petite histoire de peintre qui m'a fait craindre à un moment un "dîner de cons" qui aurait été malvenus mais qui est rattrapé en deux répliques d'Annie Cordy qui donne au film sa douceur bienvenue. Belle pioche !
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
L'humanité qui se dégage de cette comédie intimiste sur la mort, l'urgence de vivre et les relations inter-générationnelles évoque le cinéma de Claude Berri (tendance Ensemble, c'est tout). Avec des dialogues qui crépitent, extrêmement drôles, juste avant que l'émotion surgisse. Le film oscille alors entre douceur et douleur, et il est comme une caresse réconfortante.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil