La tête haute




 
Réalisateur :
  Emmanuelle BERCOT
Acteurs :
  Catherine Deneuve, Rod Paradot, Benoît Magimel, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  2 h 00
Date de sortie :
  13/05/2015
Titre original :
  La tête haute
   
Note "critique" :
  3,16
 Classement 2015
  45 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Malony est un enfant tourmenté, violent, elevé par une mère dépassée. Il grandit entouré d'un éducateur et d'une juge pour enfants, qui tentent inlassablement de le sauver.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
14/05/2015
Des retours excellents d'amis cinéphiles, la sélection en film d'ouverture à Cannes et pourtant, je n'avais vu aucune image de ce film lors des avant-séances des nombreux films vus ces derniers jours.... Du coup, je ne savais pas du tout de quoi parlait ce long métrage avant de rentrer dans la salle et l'on ne pourra pas m'accuser d'avoir été déçu du fait d'une trop grande attente :-p

Voilà un bon moyen d'être neutre et de découvrir ce film qui me laisse perplexe autant que les réactions de la salle (remplie à ras bord) qui a rigolé (voir ricané) à de nombreux moments alors que de mon côté je sombrais dans un insondable abîme de questions existentielles face à la situation exposée devant nous.

Impossible de ne pas faire le lien avec "Mummy" de Xavier Dolan, l'impression de voir une situation similaire traitée avec tous les codes des films français étant assez bizarre. Les deux films finissent de manière diamétralement opposée mais les questions sont les mêmes et je ne peux m'empêcher de me demander ce que l'on peut faire de situations aussi délicates sans se dire que l'on joue à 1 pour 10, 100 ou 1000 suivant la dose d'optimisme au moment où l'on se pose la question.

Peut être est-ce par ce que cela fait échos à mes interrogations professionnelles du moment et ce questionnement autour de mon rôle de professeur, cette sensation quand je gais le bilan en fin d'année de ne pas avoir infléchi autant que je l'aimerai certaine trajectoires... la sensation de solitude de celui qui doit s'occuper de 30 élèves et qui aimerait pouvoir tous les aider comme si le mantra "individualiser" était une évidence si facilement applicable alors qu'avec 55 minutes de cours (au mieux !) ça me paraît encore plus compliqué que la quadrature du cercle. Permettre aux plus faibles de revenir au niveau, aux pénibles de s'investir un minimum, aux discrets de s'épanouir sans être écrasés par les autres, aux plus à l'aise de ne pas faire du sur place... quel est le secret pour réussir cela ? je ne l'ai pas encore percé et j'ai encore 1001 idées pour tendre vers cet idéal mais pour des gamins comme celui du film, je ne vois pas de solution miracle et me sent tout bonnement démuni ce qui n'est pas très agréable comme sensation :$

Tout le monde est unique mais tout le monde navigue au milieu des autres... Quelle doit être la part d'adaptation de chacun ? Que peut-on attendre des uns et des autres ? Certains personnages du film sont démontés en 3 phrases et ça me gêne : cette principale qui demande "si les problèmes de violence sont réglés", elle ne fait que son travail... c'est elle qui devra gérer ensuite et, oui, si chacun évolue, on ne peut faire table rase du passé sans donner quelques gages ! ce serait "dégueulasse" ? Franchement, tous les arguments qu'elle donne sont valables et méritaient discussion mais ils sont envoyés valser en 2 secondes...
Ce procureur qui passe pour un jeune roquet alors que ce qu'il dit est censé quoiqu'on ait envie de voir le monde tout en couleur et de manière positive mais, dans ce cas là, pourquoi attendre son avis si celui de tout le monde est déjà fait ?

L'histoire du contrôleur judiciaire ne m'a pas semblé très intéressante (le classique "il faut être passé par là pour aider correctement"), le rôle de la petite gamine arrive gros comme un camion et ce qui s'en suit ne m'a pas convaincu (le passage à l’hôpital... ). En fait, j'ai trouvé le film assez bancal, le nombre de sujets abordés et demandant une vraie réflexion sur la manière de gérer ces situations étant bien trop important ce qui mène à de grands raccourcis incompatibles avec mes attendus face à ce genre de questionnements....

Finalement, peut-être suis-je plus pessimiste qu'optimiste mais le film m'a semblé d'une naïveté énorme sur un sujet qui demande quand même d'avoir les pieds sur terre... ce n'est pas mauvais, peut-être qu'on dira que ça m'a trop interrogé sur mes propres limites mais en l'état, je suis plus que circonspect sur le résultat final....
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Une claque magistrale […] un uppercut.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil