La loi du marché




 
Réalisateur :
  Stéphane BRIZE 
Acteurs :
  Vincent Lindon, Yves Ory, Karine De Mirbeck, ... 
     
Genre :
  Drame 
Durée :
  1 h 35 
Date de sortie :
  18/05/2015 
Titre original :
  La loi du marché
   
Note "critique" :
  3,00 
 Classement 2015
  38 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Après de longs mois de chômage, à 50 ans passés, Thierry trouve enfin un travail comme agent de sécurité dans une grande surface. Mais sa fonction le confronte à une logique économique qui le révolte.
.O.

Xavier
@ @

.O.
18/05/2015
"La loi du marché" qui m'a fait penser à un excellent film ("10ème chambre, instant d'audience") sans pour autant atteindre les sommets de ce dernier. En fait, c'est amusant car je suis ressorti sans enthousiasme, certaines scènes m'ayant parues vraiment trop appuyées et un peu à côté de la plaque mais, depuis, d'autres qui touchent juste prennent le dessus ce qui est souvent signe d'un film plus profond que ce qu'il ne semblait être.

Commencent par évacuer la question "Vincent Lindon" : j'avais entendu qu'on parlait de lui pour le prix d'interprétation masculine à Cannes mais je ne trouve rien de renversant à sa prestation donc vous pouvez copier ce message et vous pourrez me le ressortir à toutes les sauces si le 24 il obtient un prix (NDLR : ça n'a pas manqué, il a obtenu le prix ;-p ).

L'histoire propose une succession de scènes assez longues qui dessinent la vie d'un couple lambda en se centrant sur l'homme du couple, qui a perdu son emploi après 20 ans de bons services dans une entreprise.

Que faire à 50 ans quand on est trop jeune pour la retraite et considéré comme trop vieux sur le marché du travail ? Pas de misérabilisme à l'écran , juste des faits (l'entretien à pole emploi, l'entretient via Skype, ...) on sent bien que plus que le parcours, ce sont les coups de poing qui le jalonne qui intéressent Stéphane Brizé et là, le personnage de Lindon sonne juste car terriblement humain dans la force qu'il faut pour ne pas sombrer dans l'inaction, la violence, les extrêmes.

Non, on sent le capitaine de bateau qui avance dans la tempête, menant sa barque tant bien que mal mais refusant d'abandonner le navire. Les tentations sont là, telles des sirènes médisantes avec la banque ou l'on vous dit que vous n'avez pas assez d’argent mais où l'on vous propose une assurance en plus "au cas ou", avec les anciens copains qui veulent continuer le combat, les coéquipiers qui se lâchent dans une séance vidéo qui fait résonner le mot "bienveillance" d'une drôle de manière, etc...

Le passage à un nouvel emploi se fait de manière abrupte mais dans la logique de ce qui précédait et c'est là que, pour moi, le film perd en intensité passant en mode "pilotage automatique" au niveau du scénario. Le discours "tous des voleurs potentiels" qui sera longuement illustré avec une suite "décroissante" au niveau de la "gravité" de ces derniers avec, en face, des sanctions qui elles "augmentent" de façon croissante m'a semblé constituer un point de vue exprimé avec bien peu de subtilité jusqu'à cette fin qui, pour moi, ne correspond pas au personnage.

Bref, le film a clairement deux parties distinctes pour moi et, s’il a dû décanter, c'est parce qu'il a la mauvaise idée de finir sur la moins bonne des deux (j'allais écrire la plus mauvaise, mais je vais essayer d'être positif :p ). Quel dommage car il y avait dans la première partie tous les ingrédients pour faire un grand film !
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Vincent Lindon est magistral dans ce film social et politique brillant. (...). "La loi du marché" est l'un de ses chefs-d'oeuvre.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil