It Follows




 
Réalisateur :
  David Robert MITCHELL
Acteurs :
  Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto, ...
     
Genre :
  Horreur
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  04/02/2015
Titre original :
  It Follows
   
Note "critique" :
  3,00
 Classement 2015
  106 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
A la suite d'une expérience sexuelle, a priori normale, Jay est envahie de visions bizarres a a l'impression qu'un étranger la suit. La jeune femme tente d'échapper à cette inquiétante présence.
.O.

Xavier
@

.O.
15/02/2015
Mais pourquoi suis-je allé voir un film "d'horreur" alors que je n'aime pas avoir peur au cinéma ? je dois avoir un certain coté masochiste mais "Saw" (enfin les deux premiers) ou "Scream" (idem) ont bien réussi à m'emballer et comme j'avais lu de bonnes critiques je me disais que j'avais l'occasion de voir ce qui se fait "de mieux" dans le genre actuel et que peut-être j'arriverai à voir quelque chose qui ne me ferait pas rire mais me ferait vraiment flipper et sauter sur les genoux de ma voisine ;-)

Autant le dire tout de suite, ça ne sera pas pour cette fois (et pourtant la salle était bien remplie mais je n'avais pas de charmante voisine à côté de moi... ceci expliquant peut-être cela :-p). Pendant tout le film je me suis demandé ou voulait en venir les scénaristes et ce qu'ils essayaient de dire à travers ce scénario très vite éventé et cette fin qui n'en est pas une...

Honnêtement, si vous récupériez une malédiction (j'aime bien le résumé du pariscope et j'aimerais connaître leur définition d'une expérience sexuelle "a priori anormale" lol) qui vous ferait voir des personnes de mauvais poil qui cherchent à vous tuer et que vous saviez comment vous en débarrasser, que feriez-vous ? Rien ? Ah oui, ça paraît tellement évident !!!

La musique est omniprésente et m'a cassé les oreilles, le développement de l'histoire est minimaliste et ces personnages n'ont suscité aucune empathie de ma part. Pourquoi le "malédiction" marche à moitié ? Pourquoi est-ce que personne ne s'étonne de retrouver des morts par-ci par-là ? Lorsqu'il s'agit de choisir entre la morale et la réalité, que ferions-nous (sachant que tout mouvement n'est pas définitif et que la course ne s'arrêtera jamais a priori !).

Il y avait de quoi faire mais en restant dans l'observation sans réflexion, le film m'a ennuyé et je n'ai pas ressenti toutes les subtilités qui ont embarqué l'ami qui l'avait chaudement recommandé. Damned, encore raté !
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # #
.O.
David Robert Mitchell emprunte les codes du slasher pour mieux les trahir et les réinventer. En effet, il s'intéresse de près au corps de ces adolescents sacrifiés sur l'autel de leurs pulsions, leurs interdits et leurs frustrations, qui nourrissent autant la bête qui les poursuit que la dimension psychanalytique de ce film d'exception.

Certes, il n'est pas le premier à jouer la carte de la sexualité et de ses troubles comme moteur du cinéma d'effroi. Mais il le fait avec une perversion qui fait passer beaucoup de ses modèles pour des romans de la Bibliothèque rose.
.O.


Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil