Imitation Game




 
Réalisateur :
  Morten TYLDUM
Acteurs :
  Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, ...
     
Genre :
  Biopic
Durée :
  1 h 55
Date de sortie :
  28/01/2015
Titre original :
  The Imitation Game
   
Note "critique" :
  2,83
 Classement 2015
  13 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
En 1940, le gouvernement brittanique demande à un brillant mathématicien, Alan Turing, de percer le code de la machine de chiffrement nazie Enigma, réputée inviolable.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
31/01/2015
"Imitation Game" ? Un film sur un brillant mathématicien ? Une course contre la montre pour casser un code ? Les prémices de l'informatique ? damned, il y a tous les ingrédients pour faire un très bon film !

A l'image du "discours d'un Roi", voilà un film parfaitement britannique... réalisé par un norvégien :-p Il n’empêche, on ressent dans le scénario, dans le jeu des acteurs - Benedict Cumberbatch en tête - dans le rythme du film, cette "touche" spécifique qui n'est pas désagréable mais parfois un peu trop académique pour parfaitement emporter le morceau.

L'histoire de ce mathématicien est ultra intéressante mais le film, en jouant "grand public", ne réussit qu'à moitié à convaincre. Certes, de nombreuses personnes connaîtront Turing après avoir vu le film mais je doute que beaucoup d'entre elles puissent comprendre en quoi enigma était la machine la plus difficile à décrypter, pourquoi la théorie des fréquences de lettre, qui est loin d’être inutile (et très facilement compréhensible), ne marchait pas avec enigma et en quoi connaître 3 mots aura permis de percer à jour le fameux code !

Peut-être est-ce mon coté matheux qui m'a laissé cette petite frustration mais expliquer, lorsque le jeune Alan est à l'écran, le principe du chiffrement et les diverses évolutions "simples" n'aurait pas fait de mal, expliquer comment la "machine" permettant de tester les combinaisons fonctionne (enfin les grands principes) aurait été passionnant, tout simplement mettre un peu les mains dans le cambouis pour comprendre la déception de ces gars qui avaient l'impression de jouer contre bien plus fort qu'eux...

Tout le monde peut se sentir l’âme d'un codeur (ou d'un décodeur), par exemple si j'écris "k'bjnf mft nbuit" ou "kr diod ,im r, z,hmzod" vous déchiffrerez le premier en prenant la lettre qui précède dans l'alphabet ou le second en prenant la lettre immédiatement à gauche sur votre clavier ;-) Oui c'est tout bête et bien trop facilement déchiffrable mais cela permet de comprendre un peu l'idée... le code Beale aurait pu être alors expliqué car je doute que quiconque n'en soit pas familier ait pu comprendre comment il fonctionnait et pourquoi Alan ne l'aurait pas utilisé de cette manière.

Je sais que le film n'est pas un documentaire sur la cryptographie mais quand même, c'est le coeur de l'histoire ! A la place, les scénaristes ont voulu mettre l'accent sur l'homosexualité de Turing ce qui est fait de manière plus ou moins subtile, ses relations avec les autres étant plus finement observées que ses penchants sexuels qui terminent laborieusement le film (il fallait évidemment en parler mais la pseudo enquête non assumée est bien faiblarde).

A ce titre le film se permet de rappeler le nombre d'Anglais tombés sous le coup de cette loi heureusement abrogée depuis mais il ne manque pas de rappeler que Turing a été gracié à titre posthume par la Reine (ce qui ne doit pas faire oublier que ce n'est pas le cas de tous les autres condamnés... qui eux n'avaient pas la chance d’être de brillants matheux).

Bref "Imitation Game" est un film solide mais il lui manque ce petit quelque chose qui ferait de lui un grand film. Le problème n'est pas dans l'interprétation des personnages, pas dans la musique - Alexandre Desplat fait du très classique - mais peut-être dans les images de guerre inutilement présentes à l'écran un grand nombre de fois pour pas grand-chose et surtout dans cette fin qui s'étiole et fait perdre au film toute sa force. :-/ Damned !
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Derrière l'histoire passionnante de ce secret d'État gardé pendant cinquante ans par l'Angleterre, Imitation Game est un terrain de jeu formidable pour Benedict Cumberbatch. À l'esprit fulgurant de Sherlock, il ajoute l'exaltation mais aussi l'inaptitude sociale pour résoudre une nouvelle équation : syndrome d'Asperger hautement probable + gay incompris au destin tragique = passeport pour les Oscars. Le film semble avoir été fait pour ça.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil