Hungry Hearts




 
Réalisateur :
  Saverio COSTANZO
Acteurs :
  Adam Driver, Alba Rohrwacher, Roberta Maxwell, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  25/02/2015
Titre original :
  Hungry Hearts
   
Note "critique" :
  3,66
 Classement 2015
  5 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
A New york, mina, italienne, et Jude, américain, se rencontrent dans un restaurant chinois et tombent amoureux. Ils s'installent ensemble, puis Mina donne naissance à un bébé qui va changer radicalement la relation et la vie du jeune couple.
.O.

Xavier
@ @ @

.O.
27/02/2015
Ce film ne m'aidera pas dans mes réflexions sur la vie en couple et son possible prolongement avec l'arrivée d'un enfant. Comment savoir si l'on a trouvé la "bonne personne", celle avec laquelle on aura envie de rester un long moment et de fonder une famille ? Dans des circonstances peu glamour, un couple se forme et la vie suis son cours jusqu'à l'arrivée d'un petit pitchoune qui change la donne.

Doit-on voir dans l'une des scènes qui précèdent que l'enfant n'était pas vraiment désiré ? En tout cas toute la famille semble heureuse et pourtant tout va partir en freestyle. Où débute la folie, ou se termine la lubie ? Comment gérer un choix impossible... le film est glaçant et montre parfaitement le désarroi de certains personnages qui se retrouvent dans une impasse quoi qu'il fasse.

Tout semble trop "vrai", on aimerait sortir de l'histoire en se disant que ce n'est qu'un film, se dire que les sectes c'est le mal et qu'il y a des gens qui profitent de leurs semblables qui sont plus faibles mais non, il n'y a rien de cela si ce n'est la désarmante certitude que cette mère pense agir pour le bien de son fils ce qui enlève toute discussion possible.

Je me suis demandé pendant un bon moment comment cela allait finir et si l'issue est prévisible, elle est aussi terrible puisqu'après coup, cette solution du "moindre mal" paraît horrible et laisse un goût acre dans la bouche qu'il est difficile d'enlever.

Bref, ce film n'est pas fait pour se divertir un vendredi soir après une grosse semaine de boulot mais il lancera des débats intéressants sur la manière dont aurait pu (dû) être géré ce "cas d'école", sur la notion de "norme" et sur celle de "justice". Quel dommage que la fin soit autant explicative, un petit plan aurait sûrement suffi plutôt que ces 4 scènes qui expliquent comme si le spectateur était trop bébête pour comprendre. Grrrrr !

.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Hungry Hearts a des airs d'Une femme sous influence, de Cassavetes, mais revisité par le Polanski de Rosemary's Baby. Le mélange fonctionne à merveille. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil