Comment c'est loin




 
Réalisateur :
  ORELSAN et Christophe OFFENSTEIN
Acteurs :
  Orelsan, Gringe, Seydou Doucouré, ...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 30 
Date de sortie :
  09/12/2015 
Titre original :
  Orel & Gringe
   
Note "critique" :
  2,33
 Classement 2015
  87 / 145

Résumé :
.O

xx
.O.
Orel et Gringe, deux rappeurs, n'ont rien écrit de valable depuis des années. Très peu inspirés, ils ne parviennent pas à terminer le moindre morceau. Leurs producteurs en ont assez et finissent par les menacer : ils leur laissent 24 heures pour écrire un titre qui tienne la route...
.O.

Xavier
@

.O.
20/12/2015
Je n'ai entendu un morceau d'Orlesan, la star de ce film, que quelques heures avant de découvrir le film et je pense que cela joue beaucoup dans ma perception du film. Coté chanson, son débit de parole assez "spécial" fait que j'ai du mal à écouter et analyser en même temps le texte prononcé... du coup, plusieurs écoutes seraient nécessaires ce qui n'est pas évident quand on est au cinéma :-p

Plus embêtant, le film semble rempli de private joke, réservées aux habitués de l'univers du chanteur et de toute sa bande (quelques personnages jouent leur propre rôle ou viennent faire un clin d'oeil amical) et à l'instar d'un méga fête à laquelle vous êtes invitée par un ami qui connaît tout le monde alors que vous ne connaissez personnes, la soirée ou le film peut vite paraître long.

On me dira que ce n'est pas bien grave puisque justement, l'ennui constitue une grande part de la vie de ces garçons mais si quelques moments sont franchement drôles, je n'ai jamais réussi à m'immerger dans le monde montré à l'écran... D'où viennent les paroles débordant de texte clamées par les deux rappeurs alors que leur journée tourne à vide. La comparaison est aussi inévitable qu'inutile puisque les univers sont radicalement différents mais dans le très bon "8 miles" d'Eminem (qui pourtant racontait un univers qui ne me parle pas plus) on comprenait d'où sortait la rage de ce chanteur, les textes puisés dans le quotidien et la force brute qui irradiait ses "battles"...

Là on a des gars qui glandent matins midi et soir, qui limite n'alignent pas trois mots d'affilés mais qui, lorsqu'ils ont un micro, explosent dans tous les sens. Ne me dites pas que cela vient "comme ça", je veux bien qu'il y ait une part d'impro (qui explique la difficulté de répéter une performance) mais j'ai l'impression de voir les élèves qui dans la cour de récré clament haut et fort qu'ils ne bossent jamais mais sortent des 18 aux contrôles sous le regard admiratif des copains... Non, il y a TOUJOURS du travail, parfois moins, parfois différemment (certains ont la faculté de faire deux choses à la fois) mais la science infuse n'existe pas...

Là, le film a une certaine fraîcheur au départ puis tourne en rond, avec quelques répliques (plus que des situations) bien trouvées mais sans réelle ligne de force. S'interroger sur le moment où l'on a "décidé de se contenter de la médiocrité" est une bonne question mais ne cherchez pas de semblant de début de réponse, ou alors peut-être avec le décodeur des connaisseurs que l'on ne m'avait pas donné à l'entrée. Du coup, je suis resté sur le palier à regarder les autres s'amuser (et pour le coup ma chérie à bien aimer mais elle est bien plus familière des deux chanteurs !).
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Orelsan raconte et joue l'ennui avec une dextérité qui rappelle l'irrésistible "Clerks". La glande élevée à l'état d'art.(...) une vraie comédie d'auteur, singulière par son rythme nonchalant. Et dont l'humour décalé se marie joliment à de vraies scènes d'émotion. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil