Timbuktu

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Abderrahmane SISSAKO
Acteurs :
  Ibrahim Ahmed dit Pino, Toulou Kiki, Abel Jafri, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  10/12/2014
Titre original :
  Timbuktu
 
Note "critique" :
  3,66
 Classement 2014
  3 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Les habitants de Tombouctou, désormais aux mains des extrémistes islamistes, subissent la terreur des djihadistes. Dans un village proche de la grande ville, Kidane et sa famille mènent une vie paisible jusqu'au jour où...
.O.

Xavier
@ @ @
@

.O.
11/12/2014
Drôle d'impression que le ressenti assez terrible que dégage ce film à la douceur extrême : rarement autant de personnes mortes auront été montrées à l'écran avec si peu de "mise en scène". La vie dans ce coin de l'Afrique vie son cours et dérape quasiment sans bruit dans une situation ubuesque qui en serait risible si, justement, elle n'aboutissait pas à une impasse violente.

En choisissant de montrer des personnes qui sont toutes versées dans la religion, le réalisateur évite l’écueil de la stigmatisation et nous montre comment, par la volonté de quelques hommes qui ont pour eux d'avoir des armes et de se croire aux dessus des autres, une vie paisible peut devenir un enfer.

L'absence de révolte chez les personnes qui subissent la situation, en particulier pour le personnage principal, renforce ce sentiment d'inéluctable. "Pire", tout cela est filmé dans des paysages remplis de quiétudes, baignés d'une lumière qu'on ne trouve pas ailleurs (comme il y a quelques année pour "l'homme qui crie", c'est amusant d'avoir cette impression que le projecteur numérique de la salle a été boosté juste pour ce film :p ), le réalisateur remplissant son écran de belle manière pour nous montrer le coté minuscule des hommes qui se débattent dans quelque chose de trop grand pour eux ou les montrer comme des boules de pétanques avec lesquels certains s'amusent :/

On se demande ce qu'il aurait fallut faire pour ne pas en arriver là et là seule solution est celle qui consiste à s'ultra surveiller, s'interdire tout écart (et l'interdire aux animaux). Bref, aller dans le sens de ses "envahisseurs" qui décident déjà de tout ce qui est acceptable :-( Brrr... ça fait froid dans le dos et le sentiment d'impuissance qui s'abat au moment du générique final est assez terrible.

Bref, sans faire de bruit, le réalisateur (qui apparemment est aussi le scénariste) réussit une démonstration toute en finesse. Bien joué !
.O.

Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # #
.O.
C'est affirmer le pouvoir universel du 7e art contre la terreur et la bêtise. L'art comme vecteur d'idées et d'émotions, avec cette modestie de savoir qu'un film ne change hélas rien à la situation dramatique du monde, mais qu'il peut sensibiliser, mobiliser et faire prendre conscience. C'est ainsi que Timbuktu foudroie, bouleverse, mobilise et galvanise... Un magistral moment de cinéma.  

.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil