Siddharth

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Richie MEHTA
Acteurs :
  Tannishtha Chatterjee, Rajesh Tailang, Anurag Arora, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  27/08/2014
Titre original :
  Siddharth
 
Note "critique" :
  3,16
 Classement 2014
  28 / 181

Résumé :
.O

xx

.O
Mehandra envoie travailler son jeune fils de 12 ans à Mumbaï. Un soir Siddharth ne rentre pas et son père soupçonne des trafiquants d'organes de l'avoir kidnappé.
.O.


Xavier
@ @ (+)

.O.
09/09/2014
Voilà le petit message reçu dans ma boite mail la semaine dernière de la part d'un ami cinéphile à propos de "Siddharth" :

"SIDDHARTH, SIDDHARTH, SIDDHARTH....‏

(...) je suis certain que tu seras comme moi subjugué par ce film. Nous sommes à 10000 lieues de Bollywood, une peinture minutieuse de l’Inde d’aujourd’hui, sans aucun jugement de valeur. Un montage d’une grande efficacité, juste, de nombreux plans tous porteurs de sens, des cadrages nous plongeant au cœur du sujet, des acteurs étonnants de sensibilité, un scénario prenant, une BO de toute beauté. Tu l’as compris, j’ai été enthousiasmé."


Avouez que c'est tentant ! Un petit coup d'oeil sur le Pariscope et je vois que le film, sorti le 27 aout, a gardé 3 copies sur Paris pour sa seconde semaine. Un petit tour aux halles s'impose et ce n'est qu'une fois assis dans la salle que je me suis rendu compte que... je ne savais absolument rien de l'histoire que j'allais découvrir, ni du thème ou de la catégorie dans lequel ranger ce long métrage! drame ? Comédie ? Action ? Science-fiction ? la surprise pouvait démarrer :o)

Je pense que c'est vraiment une chance de découvrir ce film ainsi car le résumé aurait pu casser une bonne partie du ressenti que j'ai eu : le gamin qui ne rentre pas, est-ce un "détail" qui va rapidement trouver son explication ou le cœur même du film ? Cette question, je ne me la suis pas posée de suite mais, petit à petit, je me suis retrouvé dans la même position que ces parents qui voient cette situation (presque banale) s'enliser et devenir de plus en plus glaçante.

Le résultat, loin du Bollywood rieur et fêtard qui arrive d'habitude sur nos écrans, ressemble à un film d'horreur qui distille au compte goute sa terreur froide. Être dépassé par un monde qui s'est développé trop vite pour soit, être dépassé par ses enfants à qui l'on demande d'être des adultes avant l'heure alors que ce n'est pas leur rôle, être finalement "responsable" de l'indicible alors qu'on a fait "comme les autres", que l'on a "agi pour le bien de la famille" et qu'on a la sensation de ne pas avoir pu faire autrement et donc d'être tombé dans un piège.

La vie continue ? Quel cliché et pourtant c'est vrai... le film illustre froidement cette expression qui m'a explosé au visage quand j'ai repensé à cette petite phrase apparue au début du film et qui, d'habitude, m'exaspère au plus haut point : "inspirée d'une histoire vraie". Que représente 1 personne de "perdue" au milieu de 1 210 569 573 autres ? Qu'est-ce que peut faire de plus ce père qui doit s'en vouloir à s'en arracher le coeur ? il y a une fatalité dans ce film qui s'instille à toute petite vitesse mais qui fait qu'on sort de la salle avec l'envie de hurler sa colère alors qu'il n'existe personne sur qui se défouler.

"Siddharth" n'est pas un film parfait : il y a quelques longueurs (qui se comprennent a posteriori), la musique ne m'a pas autant embarqué que cela et je n'arrive pas à le noter très haut alors qu'il a de nombreuses qualités. Cela arrive pour des films originaux et qui n'ont pas de points de comparaison. En attendant, c'est une belle plongée dans l'humain et l'on souffre avec ce père de famille jusqu'à la fin.

Évidemment, mieux vaudra ne pas chercher un divertissement exotique en allant le voir, car vous seriez déçu mais dans le cas contraire le film procure des émotions que l'on a rarement au cinéma !
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
À travers ce suspense prenant jusqu'à son ultime plan, Richie Mehta raconte les dommages collatéraux de la pauvreté extrême sans jamais forcer le trait, ajouter des larmes au drame, ni enjoliver les choses. Sa radicalité douce force l'admiration.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil