RoboCop

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  José PADILHA
Acteurs :
  Joel Kinnaman, Gary Oldman, Michael Keaton, ...
     
Genre :
  Science-Fiction
Durée :
  2 h 00
Date de sortie :
  05/02/2014
Titre original :
  RoboCop
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2014
  33 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Suite à un accident, un homme gravement brûlé et fortement diminué physiquement est transformé à son insu par la police et l'armée en guerrier d'un nouveau genre : mi-machine mi-homme, fait de chair et d'acier.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
15/02/2014
Dans ce début d'année assez lamentable, ce "RoboCop" est une assez bonne surprise. Est-ce la comparaison avec les autres films de cette cuvée 2014 au gout de piquette qui me fait être plus bienveillant ? Est-ce le solidité du scénario après la paleté de films de SF qui défilent sur nos écrans avec des critiques flatteuses alors qu'ils ne parviennent pas à me convaincre ( le remake de "Total Recall", "Elysium", "la Stratégie Ender", ...) ? je ne sais pas mais en tout cas j'ai passé un bon moment en compagnie de ce RoboCop.

Dès l'ouverture, le ton est donné avec ce présentateur TV qui sous couvert d'objectivité nous déversera une jolie propagande qui permettra en toile de fond de critiquer gentiment les médias et leur coté partisan. Du côté du héros, il se fait légèrement attendre mais la première vision est assez frappante avec ce coté "puzzle" qui fait froid dans le dos. Le questionnement sur l'apparition de machines pour maintenir l'ordre relance la question sur "la loi et l'esprit de la loi" et le film se montre assez critique envers la politique américaine ce qui m'a obligé à regarder, une fois sorti, si il était bien estampillé "Made nin USA".

Et oui, c'est bien le cas et cela rassure sur la capacité des américains à ne pas faire que des Super Héros qui cassent tout sans réfléchir (oui, je sais, vous me citerez "Dark night" et je vous répondrais "Iron Man", "Hulk" et cie... ). On pourra regretter que le triangle Robocop/sa famille/ses concepteurs soit traitée un peu trop rapidement mais, au final, on a un bon divertissement qui est loin d'être idiot. Bref, un film au dessus de la moyenne qui aurait eu une meilleure note s’il n'était pas le remake du Robocop de 1987 de Paul Verhoeven qui avait davantage le gout de la sueur et du sang et qui avait le mérite d'être parfaitement original à l'époque !
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# #
.O.
Le réalisateur dégrippe les boulons du super flic caréné ici en Batmobile avec l'intention d'en mettre plein la vue. Le feu d'artifices passé, il ne reste plus grand chose aux thèmes chers à Verhoeven. Sur-médiatisation et capitalisme sont abordés au premier degré. Gary Oldman porte à lui seul le raisonnement sur l'âme dans une société robotisée. Au final, Robocop a troqué son cerveau au profit des muscles.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil