Maps To The Stars

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  David CRONENBERG
Acteurs :
  Julianne Moore, Mia Wasikowska , Olivia Williams, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  21/05/2014
Titre original :
  Maps To The Stars
 
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2014
  180 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
A Hollywood, la cité des anges et des rêves, benjie, déjà star à 13 ans, et son père, coach de célébrités, vont aider la jolie Havana Segrand à se réaliser en tant qu'actrice et femme.
.O.

Xavier
0

.O.
23/05/2014
Euhhhhh je pensais me vider la tête avec x-men mais la séance complète à 21h50 m'a fait bifurquer vers "Maps to the stars"… un affreux doute m’envahit : dites, le gars qui vient d’enchainer ces deux films aussi pompeux que boursouflés que sont « Cosmopolis » et « mpas to the stars » est bien le même gars qui a fait « La mouche », «  A History of Violence » ou « les promesses de l’ombre » ? Non parce que je crois que je vais définitivement déchirer ma carte « entrée à vie pour les films de Cronenberg » !

Si robert Pattinson est encore une fois dans une limousine de Cosmopolis, il a le bon gout de ne faire que quelques apparitions largement oubliables mais il est remplacé par une galerie de personnages qui ne m’a pas du tout intéressé, les liens étant « forcés » pour que le père soit le psy de la fille qui va prendre à son service… aller, je ne vais pas tout vous détailler mais ce qui devrait être une mécanique de précision est en réalité une artillerie lourde censée nous montrer que le milieu du cinéma n’héberge que des déséquilibrés. Pour cela, on a le droit à des scènes qui sont censées nous « choquer » mais qui sont tellement prévisibles qu’elles n’ont fait que me navrer : petit bonhomme joue à la roulette russe avec son flingue qu’il pense avoir décharger et… oh… surprise… malheureusement il ne va pas jusqu’au bout de sa démarche et ne lui fait pas exploser le ciboulot, ou plus exactement le melon qu’il a fort développé (mais là encore on nous montre que son père qui s’occupe de cela pour les autres… argh… encore une n-ième banalité dans ce film :-( ).

Bref, une fois les morceaux du puzzle emboités (ce qui arrive relativement rapidement), on radote un poème qui est censé irriguer l’ensemble du film de son souffle libérateur (vous avez dit « liberté » ? Ah non, ce n’est pas la boucherie Sanzone…. « quoi, liberté » Ohhh… je préfère un bon Tintin à ces conneries !) et vogue la galère :-/

Où est passé le Cronenberg que j'aime (j'avais détesté son "cosmopolis") ??? Peut être aurai-je du regarder la bande-annonce ou lire le sujet du film avant d'y aller mais j'aime garder cet aspect "surprise" et éviter de déflorer les intrigues donc je donnais carte blanche à sa sélection cannoise pour me convaincre... et mal m’en à pris. Bref, Julianne Moore a obtenu le prix d’interprétation féminine à Cannes ? oui… et Godard a eu un prix du jury pour « Adieu au langage » : je crois que Jeanne Campion, présidente cette année, a du pleurer devant la piètre qualité des films proposés cette année et je n’aurai pas aimé être à sa place au moment de faire le palmarès avec ses camarades !

P.S. : Pour ceux qui ne l’auraient pas bien entendu pendant le film, voici le poème en entier :-p

Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes raisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté

Paul Eluard, Poésies et vérités, 1942
.O.


Première :
¤ ??
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Maps to the Stars est cru et hypnotique, entre réel et fantasme, entre onirisme et cauchemar. Jusqu'à un final glacial et violent, mené là encore dans une économie d'effets étonnante. Le casting de ce Player version trash est à l'avenant. Mia Wasikowska y dévoile son côté fleur vénéneuse, Robert Pattinson montre enfin autre chose que sa belle gueule, et, surtout, Julianne Moore crève le plafond dans ce qui va devenir LA performance d'une carrière pourtant déjà bien garnie. Tout comme Cronenberg qui renoue avec ce cinéma tortueux, trash et toujours tellement racé et intelligent. 

.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil