Le crocodile du Botswanga

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Fabrice EBOUE et Lionel STEKETEE
Acteurs :
  Thomas Ngijol, Fabrice Eboué, Claudia Tagbo, ...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  19/02/2014
Titre original :
  Le crocodile du Botswanga
 
Note "critique" :
  2,75
 Classement 2014
  46 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Depuis son adolescence, Leslie Konda, jeune footballeur du championnat français, est sous la coupe d'un agent qui ne brille pas par son génie. Leslie vient de signer avec un grand club espagnol, mais le decès de sa mère va l'obliger à faire un court séjour dans son pays d'origine, le Botswanga, dirigé d'une main de fer par un dictateur.
.O.

Xavier
@ @

.O.
08/03/2014
Je n’avais pas vu « case départ » le précédent film du duo Ngijol / Eboué qui a connu un succès critique et public assez surprenant. Je me suis donc rattrapé avec ce "Crocodile du Bostwanga" vu, je dois l'avoué, après avoir passé une bonne après-midi à discuter et boire quelques bières avec une bonne amie ce qui a surement affecté mon jugement :-p

Dire que j'ai passé un bon moment serait un peu fort, dire que ce n'est pas le cas serait faux. certes, il y a le compte de gags mais ils sont très "premier degré" (on voit les situations arriver à l'avance et, comme souvent, la bande annonce en a défloré un bon nombre) et je n'ai pu m'empêcher de penser aux "rayures du zèbre", film vu il y a quelques semaines, et qui se révelait bien plus subtile quoique bien moins drole.

En gros, si on est pas trop regardant, le film passe tranquillement mais je ne suis pas sûr que si je l'avais vu en mode bien réveillé et prêt à en découdre avec "tous ces films bas de gamme qui inondent les écrans depuis le début de l'année", il aurait gardé ces deux @. Aller, on va dire qu'en mode "je débranche mon cerveau" le film remplit parfaitement samission... de temps en temps c'est nécéssaire et pour un fois, c'est passé.
.O.


Première :
¤ ¤ ??
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Si Le crocodile... est avant tout une farce, elle devient rapidement politiquement incorrecte quand elle évoque la religion, le sida ou l'Afrique. Une nouvelle fois joliment troussé à la réalisation par Éboué et Steketee, le film montre surtout l'étendue des talents de N'Gijol, en plein délire dans un rôle de dictateur africain crétin. Une bonne surprise pour une comédie que Mel Brooks n'aurait pas reniée.  
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/cinema/le-crocodile-du-botswanga-la-critique-de-studio-cine-live_1324036.html#SvYEkwZdZZOVqz4Q.99
Si Le crocodile... est avant tout une farce, elle devient rapidement politiquement incorrecte quand elle évoque la religion, le sida ou l'Afrique. Une nouvelle fois joliment troussé à la réalisation par Éboué et Steketee, le film montre surtout l'étendue des talents de N'Gijol, en plein délire dans un rôle de dictateur africain crétin. Une bonne surprise pour une comédie que Mel Brooks n'aurait pas reniée.  
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/cinema/le-crocodile-du-botswanga-la-critique-de-studio-cine-live_1324036.html#SvYEkwZdZZOVqz4Q.99
Si Le crocodile... est avant tout une farce, elle devient rapidement politiquement incorrecte quand elle évoque la religion, le sida ou l'Afrique. Une nouvelle fois joliment troussé à la réalisation par Éboué et Steketee, le film montre surtout l'étendue des talents de N'Gijol, en plein délire dans un rôle de dictateur africain crétin. Une bonne surprise pour une comédie que Mel Brooks n'aurait pas reniée.  

.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil