Le Conte de la princesse Kaguya

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Isao TAKAHATA
Acteurs :
  Aki Asakura, Kengo Kora, Takeo Chii, ...
     
Genre :
  Dessin animé
Durée :
  2 h 15
Date de sortie :
  25/06/2014
Titre original :
  Kaguya-hime no monogatari
 
Note "critique" :
  2,83
 Classement 2014
  90 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Un coupeur de bambou trouve par hasard une étrange plante dans sa banbouseraie. En la taillant, il tombe sur un tout petit bébé, une minuscule fillette pas plus grande que son pouce.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
15/07/2014
La bande annonce ne m'avait pas emballé comme cela arrive avec la majeur partie des film des studio Gibhli... du coup, si je n'avais pas eu cette envie d'entendre parler japonais entre deux notes de musique sympathiques (la BO étant signée Joe Hisaishi) je ne me serais pas laissé tenter (la combinaison "vacances scolaires + carte Illimité" aidant beaucoup).

La première partie du film, à la campagne, m'a agréablement surprise : cette petite qui grandit à vue d'oeil donne à l'histoire une dynamique amusante et le trait des dessins, original, accompagne bien cette petite "pousse de bambon" qui rebondit partout entre deux éclats de rire..

Malheureusement la suite n'est pas au niveau et le scenario, comme le film, se délite sur 2h15 alors que son histoire ne le justifie pas. Le père qui veut absolument faire d'elle une princesse (ce qui passe par un déménagement en ville) lance l'histoire dans un banal récit d'apprentissage et de rejet du factice... on attend le retour du petit ami resté dans la campagne, on s'amuse des facéties de la petite qui rejette les traditions qu'une perceptrice lui apprend et, pendant ce temps là, la maman subit elle aussi en silence les caprices du père.

Pas besoin de grand dessin pour savoir comment cela va se terminer quoique, la fin surprend mais traine elle aussi en longueur alors qu'un peu plus de mystère n'aurait pas fait de mal. Bref, le film n'est pas mauvais mais il y avait de quoi faire bien mieux... à vous de voir si vous verrez le verre à moitié plein ou a moitié vide mais si en sortant je le voyais plutôt plein, après avoir reposé il m'apparait plutôt vide :-/
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Pour coller au plus près avec la dimension historique du film, Takahata utilise des moyens d'animation encore jamais exploités à cette échelle. Voir les aquarelles s'animer est ainsi une merveille et sa palette de couleurs change subrepticement à mesure que le film avance. Encore plus époustouflante, l'utilisation de la technique au fusain des story-boards pour créer l'univers des cauchemars de la princesse est une merveille visuelle. De quoi sortir bouleversé et ému.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil