La Belle et La Bête

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Christophe GANS
Acteurs :
  Vincent Cassel, Léa Seydoux, André Dussollier, ...
     
Genre :
  Fantastique
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  12/02/2014
Titre original :
  La Belle et La Bête
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2014
  155 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
En l'an 1720, ruiné suite au naufrage de ses navires, un marchand est contraint d'aller vivre à la campagne. Belle, la cadette de ses trois filles, joyeuse et enthousiaste, a sa préférence. Lors du voyage de la ville aux champs, ce père va faire une étrange rencontre.
.O.

Xavier
@

.O.
15/02/2014
Toujours difficile de critiquer un film dont on n'attend vraiment rien : l'histoire est déjà bien connue (mais je dois avouer n'avoir AUCUN souvenir du film de Disney - sortie en 1991 - et être quasiment certains de n'avoir jamais vu la version de Cocteau qui date de 1946) et j'avais des doutes sur la possibilité de la sublimer. Christophe Gans reconnu pour le soin qu'il apporte à ses décors ne fait pas mentir sa réputation mais... les relations entre les personnages sont en mode "cruche & cie" pour les humains tandis que la rencontre entre la Belle et la Bête ne débouche sur aucun moment de franche tension.

Voilà donc André Dussolier qui la joue Papa gâteau dans un rôle qui ne lui demande pas trop de boulot.... Léa Seydoux sera donc la belle qui est toujours parfaite alors que ses deux sœurs sont des têtes à claques et chez les trois fils on retrouve quasiment le même schéma. Était-ce dans l'histoire originale ? Peut-être... mais on est en 2014 et si le but est de nous faire une resucée de 1946 cela n'a aucun intérêt. J'aurais aimé davantage de subtilité mais ça ne sera pas le point fort de ce film qui verra une Bête très à l'aise dès le départ, une Belle qui se sacrifie bien vite et sans beaucoup de réflexion avant de tomber dans les bras de son "opposé" avec une facilité déconcertante.

Finalement c'est le monde des Bisounours et les explications sur le passé de la Bête ne m'ont pas convaincu non plus : que ce soit un jeune homme orgueilleux et égoïste à qui on aura donné une bonne leçon (mais qui redeviendra tout beau) n'arrange pas à l'excès de sucre contenu dans un film qui ne trouve jamais le ton juste sauf dans sa dernière partie lorsqu'enfin le décor prend le pas sur le reste et que les géants de pierre se mettent en marche. Enfin l'écran se remplit, le spectateur en prend plein la vue et si on se doute de l'issue, il y a un peu d'action et d'émotion.

Bref, il n'y a pas grand-chose à se mettre sous la dent dans ce film très gnangnan qui ne marquera pas l'année (ni même le mois de février) 2014. L'@ sera pour les décors et ce sera bien payé.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # (+)
.O.
Jusqu'à présent, l'enchantement de l'adaptation de Cocteau était sans rival. Avec cette nouvelle version du conte, Christophe Gans crée un univers proche d'un livre d'images, en édifiant un château labyrinthique endormi sous les roses, terre de la Bête. Une ambition visuelle revendiquée qui prend malheureusement le pas sur tout le reste, à commencer par des maladresses de rythme dans l'évolution des sentiments de la Belle pour la Bête.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil