La planète des singes : l'affrontement

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Matt REEVES
Acteurs :
  Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman, ...
     
Genre :
  Science-Fiction
Durée :
  2 h 10
Date de sortie :
  30/07/2014
Titre original :
  Dawn of the planet of the apes
 
Note "critique" :
  2,86
 Classement 2014
  34 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Des singes génétiquement évolués et formant une nation se retrouvent menacés par un groupe d'humain qui ont miraculeusement survécu à un terrible virus qui s'est répandu sur la Terre.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
31/07/2014
"La planète des singes : les origines" ne m'avait pas bouleversé et j'ai souvent pensé qu'il avait acquis le statut de blockbuster de l'été 20xx plus par la faiblesse de ses concurrents que par sa force !

J'étais donc réservé au moment de voir "la planète des singes : l'affrontement" et, cette fois, je dois avouer que j'ai été embarqué par l'histoire qui, pourtant, nous sort un bon paquet de situations attendues (quand un héros se trouve dans la panade qui trouve-t-il face à lui ? Un allié bien évidemment Razz ). Oui j'aime les films sans stars ou chacun peut disparaître à tout moment car c'est pour moi l'un des rares moyens de vraiment monter en tension. De fait, ici, il n'y aura pas grand-chose à craindre pour la cellule familiale reconstituée (mais il manque l'habituel toutou qu'on sauve lui aussi du désastre habituellement).

Heureusement le film fait deux excellents choix : le premier c'est de ne pas empiler les scènes d'actions qui sont assez rares ce qui permet de faire avance l'histoire ... Le second c'est de très clairement donner la part belle aux singes qui sont suffisamment convaincants pour tenir l'écran sans soucis. Le coup des sous-titrages m'a au début ennuyé mais, finalement, la langue de singes en est une comme les autres et c'est plus la construction des phrases qui m'a titillé au début avant de s'imposer en douceur.

La vie en communauté n'est pas simple chez les singes et les questionnements sont intéressants. Il est dommage que le "méchant" soit un peu "too much" dans le sens ou il est plus bourrin que fin alors que ses arguments se tiennent et que son jeu sur les règles donne un résultat intéressant.

Bref, il y a de très bonnes choses de cachées au milieu de ce film qui s'assume et la fin est parfaite ce qui est rarissime. Quand on y réfléchit on ne pouvait pas faire quelque chose de plus censé et cela ne ferme la porte à aucun développement donc je salue bien bas cet exploit.

Après, il y a toujours moyen de faire la fine bouche mais le film est clairement au dessus de la moyenne (mais je crois que j'aurais du mal à le voir deux fois au cinéma ce qui explique qu'il raté le @@@ et reste à @@(+).
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :

# # # #

ou

# #

.O.
(...) Des hommes dos au mur, et des singes trop malins pour ne pas espérer une solution pacifique. L'homme est un loup pour l'homme... Le singe ne vaut pas mieux, ne vaut pas moins. Une théorie habile que le réalisateur de Cloverfield tient jusqu'à son terme, où il laisse enfin éclater la furie d'une guerre inéluctable. Cet Affrontement est la tragédie de l'éternel recommencement.

~ ~ ~ ~

"Pas plus, pas moins !" Habile ? C'est un peu court jeune singe pour espérer tenir un film sur plus de deux heures. Et oui, l'homme est un loup pour l'homme, on le sait depuis la cour de récré. Avec un casting de seconde zone, ce blockbuster cheap, mais pas modeste, est vite tué dans l'oeuf. Tout comme les espoirs du spectateur, obligé de contempler ce film qui fait du surplace pour laisser le champ libre à de prochains épisodes. Du haut de son nuage, le grand Darwin voit sa théorie de l'évolution basculer dans la régression. Sur le plancher des vaches, Reeves filme sans inspiration ce goubliboulga de synthèse qui se prend très au sérieux !
.O.


Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil