L'Institutrice

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Nadav LAPID
Acteurs :
  Sarit Larry, Avi Shnaidman, Lior Raz, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  2 h 00
Date de sortie :
  10/09/2014
Titre original :
  Haganenet
 
Note "critique" :
  2,66
 Classement 2014
  107 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Une jeune institutrice repère chez un petit garçon un don pour la poésie. Etonnée, elle décide de l'encourager et de le soutenir envers et contre tous.
.O.

Xavier
@

.O.
07/10/2014
Premier critère imparable défavorable au film  : j’ai failli m’endormir et ce n’était pas à cause de la qualité des sièges :-/ Il y a un un gros problème de rythme et, au niveau du développement de l’histoire, le point de départ est très mal développé.

C'est dommage car il y avait matière à réflexion que ce soit sur le rôle du professeur face à l'élève, sur la distance adulte/enfant, sur "l'inspiration" littéraire, sur la poésie... A la place, on nous sert la vie privée de la maitresse qui est une frustrée névrosée en qui nous n’avons jamais confiance.

Ses passages au club de poésie sont risibles avec le professeur tout puissant qui gère des caricatures de débats qui donnent l'impression qu'un professeur de poésie peut poser un jugement définitif sur un texte alors que cela me semble bien présomptueux (il peut orienter les débats, souligner les points positifs mais donner son point de vue comme jugement non négociable ... non... vraiment). Évidemment elle reproduit le schéma avec le petit garçon ce qui prouve qu’elle n’a aucun recul ce qui est gênant car on a l’impression de suivre les agissements d’une gamine de 14 ans et non d’une adulte…

Heureusement il y a en face d’elle ce petit garçon qui ne se prend pas pour ce qu'il n'est pas, qui se fait réceptacle d'une inspiration qu'il ne maitrise pas mais qui, pour le reste, est tranquille dans sa peau de pitchoun. Est-ce que cela est suffisant ? Malheureusement non, les intrigues « secondaires » autour de la baby-sitter et du père n’amenant rien qui nourrisse cette histoire.

Bref, à l’image de ces jeux de caméra bien peu subtile (parfois les gamins viennent se planter devant, parfois les personnages cognent dedans...) le scénario se prend les pieds dans le tapis et ce n’est pas la fin, faiblarde au possible, qui relèvera cette bonne idée de départ, sacrément ratée dans son développement. Grompf.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
L'enfant, d'abord bête curieuse du film, va basculer au second plan pour mieux exercer son étrange pouvoir et mettre les adultes face à leur morale. Que faire de la poésie dans une société dominée par le concret? Valoriser un talent, n'est-ce pas capitaliser sur une personne et donc la trahir? Un film fort.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil