Je voyage seule

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Maria Sole TOGNAZZI
Acteurs :
  Margherita Buy, Stefano Accorsi, Fabrizia Sacchi, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 25
Date de sortie :
  09/07/2014
Titre original :
  Viaggo sola
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2014
  47 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Irène passe sa vie dans les palaces pour inspecter ces lieux de luxe dans les moindres détails, de la poussière dans les chambres à la qualité du service et des petits-déjeuner.
.O.

Xavier
@ @

.O.
10/07/2014
On continue avec un film italien mais qui vous donnera l'occasion d'entendre parler de nombreuses langues : " Je voyage seule". J'étais curieux de voir comment les scénaristes allaient développer cette histoire de "cliente mystère" qui sillonne le monde (essentiellement européen...) de palace en palace et qui s’interroge sur sa vie alors qu'elle arrive tranquillement à ses 40 ans (ce qui est amusant quand on sait que la charmante actrice a, en réalité, 52 ans  ;-)).

Si le nombre de points vérifiés par la cliente est assez impressionnant (mais mon frère a fait ça pendant un temps chez Macdo et c'était quasiment pareil  !), le film les montre de manière amusante et profite de cette longue litanie de questions pour en ajouter quelques-unes qui touchent la vie de l’héroïne sans que l'on s'en rende vraiment compte au départ ! . Ainsi les passages dans les hôtels sont assez sympathiques mais le cœur du problème se trouve en Italie, où revient régulièrement cette femme qui se retrouve petit à petit isolée... ou pas  :-p

C'est un des problèmes de ce film : si le personnage principal est célibataire, elle voit sa famille (sa soeur et ses nièces), elle a gardé un très bon copain (de votre coté, vous avez combien d'excellents copains ?) et si elle se pose des questions sur la réussite de sa vie, je m'en poserai davantage sur la décoration de son appartement qui ressemble plus à une salle de transit qu'à autre chose... alors qu'il n'y a aucune raison à cela  :-(

Est-ce qu'une vie réussie, cela passe nécessairement par un appartement bien décoré ? Plus sérieusement est-ce obligatoirement une vie en couple avec X enfants ? on serait tenté de dire que oui puisque c'est le schéma dominant (il faut "transmettre") mais en regardant autour de soit on se rend compte que cette "évidence" n'en est pas une.

Réussir sa vie, d'ailleurs, c'est quoi ? Est-ce être "toujours heureux de sa situation" ? Est-ce que "vivre l'instant présent sans se soucier de l'avenir" met en péril cette réussite sous prétexte que ça pourrait déraper plus tard ? Est-ce qu'on ne peut répondre à cette question qu'une fois cette fameuse vie terminée ? Je n'ai pas de réponse et le film manque de fond pour développer certaines de ces pistes.

J'aurais aimé qu'il soit plus subtil car le métier "de rêve" (qui ne ferait surement pas rêver tout le monde sur le long terme) cache surtout un problème d'emploi du temps, comme peuvent le connaitre des internes en médecine, les pilotes d'avion ou les ouvriers faisant les 3 huit.... comment garder une vie sociale quand on est par monts par vaux ? quand on a des horaires décalés par rapport à la majorité des gens ? Cela doit bien se faire donc le métier est une fausse excuse...

Le cœur du problème se situe bien dans les choix de vie (célibataire ou marié - avec ou sans enfants) et, là encore, il aurait fallu dissocier le fait de vivre en couple et celui d'avoir des enfants : l'envie de partager les choses, l'envie de transmettre les choses... voilà des sentiments que l'on a tous connus mais jusqu'à quel point est-on prêt à renoncer à son "confort" pour les satisfaire ? La vie serait donc une affaire de compromis ? C’est évident mais quand je vois des couples malheureux autour de moi mais qui restent ensemble par "peur" de se retrouver seul... brrrr, ça me fait froid dans le dos (mais tant qu'il n'y a pas d'enfant je me dis que ce sont des adultes qui assument leurs choix). Quand je vois les parents galérer avec leurs enfants, quand je sais qu'ils ont tout fait pour eux mais qu'ils en prennent plein la gueule je repense aux belles phrases sur "la transmission" et je vois des rictus contrits, des couleuvres avalées sur le thème "oui mais nous sommes ses parents" qui sonne comme une reddition, un blanc seing pour l'enfant qui en abuse et détruit petit à petit des personnes qui donneraient leur vie pour elle... je m’interroge....

Face à ça je vois, moi aussi, mes petits neveux et la joie que j'ai de les voir régulièrement, le plaisir de faire jouer avec eux, de les emmener au ciné ou voir des expos... je connais ce petit pincement au coeur lorsque je suis à l'autre bout du monde devant un paysage magnifique et que je me dis que le partager avec quelqu'un qu'on aime sublimerait d'autant ce moment magique....

Bref, je ne sais même pas ce que j'attendais de ce film qui est une comédie assez légère plus qu'un film s'interrogeant sur le sens de la vie... peut-on être heureux toute sa vie ? avoir la sensation d'être comblé et de ne rien avoir à espérer de plus ? je pense que c'est impossible et que le but est de trouver la voie qui fera que les moments de joie sont plus nombreux que l'opposé, et qu'il n'y a aucun modèle assurant cette réussite à 100%  :-)
.O.

Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # (+)
.O.
Le film évite tout moralisme culpabilisant, s'affranchit des codes de la rom com et cela fait du bien. Le reste convainc moins, les péripéties et les rencontres d'Irène sonnent parfois faux.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil