Enemy

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Denis VILLENEUVE
Acteurs :
  Jake Gyllenhaal, Mélanie Laurent, Sarah Gadon, …
     
Genre :
  Thriller
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  27/08/2014
Titre original :
  Enemy
 
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2014
  170 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Adam, un professeur discret, vit tranquillement à toronto avec sa fiancée mary. Un jour il découvre qu'un acteur, Anthony, est son parfait sosie et en ressent un malaise de plus en plus profond.
.O.

Xavier
0

.O.
29/08/2014
Avec tout ce qu'une amie m'avait dit sur le film (n'y va pas, tu vas detester !, etc...), mon inconscient à frappé lorsque j'ai pris ma place à la borne du cinéma : j'étais pressé et je me suis retrouvé avec un billet pour "la planète des singes" au lieu du fameux "Enemy" qui, heureusement, ne faisait pas salle comble ce qui fait que j'ai pu me glisser dans la bonne salle sans soucis Razz

Convoquer Lynch et Cronenberg me parait bien fort et je suis ressorti du film déçu car je n'ai même pas réussi à le rejeter viscéralement comme on me l'avait promis ! Quels enseignements tirer de cet "Enemy" ? Peut-être que je ne suis pas compatible avec le cinéma de Villeneuve qui réussit pour la 3ème fois à me torpiller un scénario qui avait un énorme potentiel.

Remarquez, il n'est pas scénariste pas pour moi le réalisateur est responsable "final" et s’il se lance c'est bien que le scénario lui convient. Je passerais sur la symbolique laborieuse de la toile d'araignée (trop facile), sur la vision de la ville de Toronto qui arriverait presque à me donner envie de rayer le Canada sur la liste des 5 pays que j'ai vraiment envie de visiter (c'est la pollution qui donne cette couleur jaune grisâtre à la ville et ses grands immeubles ?), sur les plans courts entrecouper d'écran noir qui font très "je balance trois fois le gong, a vous de réfléchir à ce que je vous balance dans les dents) mais je trouve lamentable de ne pas mieux exploiter cette histoire de double qui devrait faire flipper mais qui n'a réussi qu'à m'ennuyer.

Vous découvrez dans la vie quelqu'un qui vous ressemble comme deux gouttes d'eaux que faites-vous ? Pour les vrais jumeaux la question doit paraitre idiote mais dans le cas où vous vous pensiez fils unique ça donne quoi ? "The face of love" vu récemment s'intéressait au cas ou cette personne "remplaçait" un mari décédé et regardait la réaction de la veuve et de son entourage... "The double" sorti en août comme "Enemy" jouait davantage la carte du "deuxième moi" mais "Enemy" sous couvert de mystère n'arrive pas à utiliser sa situation de départ.

Du coup, on nous balance quelques scènes censées attirer l'attention (la toute première par exemple) et on n'en fait rien (mais oui, c'est au spectateur de se faire son film... dans ce cas là je préfère bouquiner !). Évidemment, le film se voulant hautement cérébral on nous balance un peu de texte puisque le personnage principal est enseignant et nous fait bien comprendre que "toutes les situations réelles arrivent deux fois" d'après Bidule et Chouette et le film vous montre deux fois la même scène. Ouaouh...

Où est le malaise profond qui devrait irriguer tout le film ? Si un autre est identique à moi, si je ne suis plus unique en quoi ma disparition serait visible ? Comment vérifier qu'il n'y a pas une différence infime ? Comment l'entourage ne peut y voir que du feu ce qui voudrait dire que l'on connait TOUT de l'autre et que les réactions sont parfaitement identiques ?

Est-ce qu'une fois la situation "acceptée", l'envie de se glisser dans la peau d'un autre et de changer de vie est jouable ? enviable ? et quelles sont les conséquences ?

Non, vraiment, j'ai trouvé que le film essayait de se faire passer pour bien plus riche que ce qu'il n'était et je ne me suis pas laissé embarquer par ces artifices d'histoires que j'ai trouvé plus grossiers qu'autre chose (enfin, ça m'a donné envie de revoir "Fight Club", c'est grave docteur ? :o) )
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Long au démarrage, le pitch tortueux, presque lynchien, est heureusement rattrapé par le magnétique Jake Gyllenhaal, tenant à lui seul l'intrigue ultra-alambiquée. Enemy prend alors la forme d'une torture psychologique envoûtante.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil