Deux jours, une nuit

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Jean-Pierre DARDENNE et Luc DARDENNE
Acteurs :
  Marion Cotillard, Fabrizio Rongione, Pili Groyne, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  21/05/2014
Titre original :
  Deux jours, une nuit
 
Note "critique" :
  2,66
 Classement 2014
  159 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
Il ne reste qu'un week-end à Sandra pour voir tous ses collègues et les convaincre de ne pas toucher leur prime, seule solution pour qu'elle conserve son travail.
.O.

Xavier
@

.O.
24/05/2014

Si « le gamin au vélo", dernier film des frères Dardenne, m'avait pris aux tripes je n’ai pas du tout été touché par ces « deux jours une nuit » que j’allais pourtant voir avec un bon pressentiment, mon aversion pour Marion Cotillard étant contrée par le souvenir de son joli rôle dans « De rouille et d’Os »).

J'ai vraiment un problème avec les « loser magnifique » et je suis resté aux portes de l'écran à compter les points gagnés (« il m'en reste 8 à voir, enfin 7 et toi », « il m'en reste 6 a voir enfin 5 et toi », ....) pour une litanie bien trop longue et trop fixée sur le personnage de Marion Cotillard.

Il est facile de faire le procès de personnes qui ont bossé et qui ont besoin de cet argent. Il est évident qu'on se dit que 1000 euros pour 16 contre un boulot pour le 17 e, le deal paraît trop gros (a priori l'embauche pour un an coûtera plus à l'entreprise). La fin est honnête de ce côté là : cette proposition de sortie de crise est sadique mais, pour moi, elle a été une délivrance car jusqu'ici je trouvais le monde de Sandra bien soft par rapport à la réalité.

Jusque-là j'ai eu de la chance dans ma vie et je sais qu'on ne choisit pas de tomber en dépression mais, quand il y a deux enfants dans la balance, quand on a un mari qui vous tient à bout de bras, quand il y a encore de l'espoir et qu'on ne peut pas se permettre de lâcher car d'autres qui vous sont chers dépendent de vous.... voir quelqu'un baisser les bras me désespère et me parait très égoïste.

Une psychologie de comptoir dirait peut-être que c'est la peur de me retrouver un jour dans cette position qui me rend si rétif à l'empathie avec ces personnages qui s’apitoient sur leur sort mais, encore une fois, j'ai eu du mal avec le personnage principal interprété par Marion Cotillard (qui est redevenue pour moi, dans ce film, l'actrice qui me gonfle).

Quand on ajoute là-dessus des répliques du style "On ne retournera plus en appartement social", je reste incrédule : dites, c’est quoi le problème ? Ils n’ont pas été contents de les trouver ces appartements, ils ne peuvent pas accepter d’y retourner le temps de se retourner ? c’est bien d’avoir de l’orgueil mais dans ce cas-là on ne quémande pas !

Bref, je vois une dose d’égoïsme et d’égocentrisme qui du coup, me laisse de marbre face aux malheurs de cette femme. Grrrr… et dire que je « voulais » l’aimer ce film… Cannes 2014 ne restera pas un grand cru pour le moment (mais Jane Campion et son jury à eu la bonne idée de ne pas remettre de prix à ce film ce qui me rassure un peu !).
.O.

Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Amoureux de l'humanité même dans ce qu'elle peut avoir de plus inhumaine, les Dardenne osent parler d'espoir et de lumière, quand tout nous conduit au désespoir et à la nuit. Mais ils ne le font pas seuls. Comme toujours chez eux, chaque acteur est au diapason de ce travail d'orfèvre symbolisé par un diamant brut: Marion Cotillard. La puissance tranquille de son jeu, mélange fascinant de parfaite maîtrise technique (l'accent belge forcément casse-gueule) et de lâcher prise total, force l'admiration. L'une des plus grandes comédiennes d'aujourd'hui est bel et bien française. N'en déplaise aux grincheux !
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil