Dans la cour

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Pierre SALVADORI
Acteurs :
  Catherine Deneuve, Gustave Kervern, Féodor Atkine
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  23/04/2014
Titre original :
  Dans la cour
 
Note "critique" :
  3,00
 Classement 2014
  25 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
A 40 ans, Antoine, leader d'un groupe de rock, met fin à sa carrière, sans prévenir personne, et devient gardien d'immeuble. Il va fuir son passé et découvrir un univers loin du sien : une copropriété.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
25/04/2014
"Hors de prix" m'avait fait découvrir Pierre Salvadori dans une comédie délicate et réussie. L'extrait de "dans la cour" surprenait et laissait présager d'un film tout autre, le genre passant à la "comédie dramatique", le second mot dominant aisément le premier. Pourquoi suis-je allé voir ce film alors que la bande-annonce ne me faisait pas envie ? car on me l'avait conseillé et que les vacances me permettaient de prendre un peu de temps pour faire des essais :-)

Le résultat n'est pas mauvais mais pas convaincant non plus. Il faut dire que j'ai du mal avec les personnages déprimés au cinéma et que cette fois, j'étais servi avec Catherine Deneuve en jeune retraitée qui fait une fixette sur une fissure dans un mur de son appartement et Gustave Kervern qui semble avoir trop vécut et aspire à se poser et ne plus réfléchir à rien.

Avec eux la galerie de personnage est plutôt morose tous s'enfermant dans des problèmes qu'ils essaient tant bien que mal de surmonter et qui finissent par leur pourrir la vie alors qu'ils pourraient plus ou moins facilement passer à autre chose et profiter de leur vie qui, pour la plupart, est loin d'être si terrible. Une retraite, une passion qui s'éteint, une blessure qui empêche de vivre son rêve, un besoin de tout contrôler, et au final une vie qui avance quoi qu'il en soit et qu'on peut vite laisser filer si on n'y prend pas garde.

Le film distille sa petite morale sans grande phrase et on a souvent envie de donner des baffes aux personnages pour qu'ils arrêtent leurs conneries qu'ils se mettent à VIVRE et non à vivoter, qu'ils se reprennent et s'occupent un peu d'eux plutôt que des autres, qu'ils ne se complaisent pas dans cette facilité que représente leurs petits vices, leurs petites questions qu'ils font passer pour plus grande. Est-ce ça la dépression ? j'espère ne jamais le savoir mais peut-être est-ce un symptôme et le personnage de Féodor Atkine qui sert de phare pour Catherine Deneuve a bien du courage...

Sera-t-il récompensé ? Déflorer la fin du film serait un crime et en écrivant la critique de ce film je me rends compte qu'il a bien plus de qualité que ce que je pensais au moment ou les lumières se sont rallumées. J'allais écrire qu'il ne faut pas être d'humeur bougonne avant d'aller voir ce film mais finalement, peut-être que c'est ce qui est le plus indiqué car en ressortant on peut s'interroger sur notre petite vie et voir si nous aussi nous n'avons pas quelques "fixettes" peut-être moins voyantes mais tout aussi destructrices... être heureux n'est pas si facile et c'est aussi une question de choix, d'analyse et de volonté... Pierre Salvadori nous dit tout ça avec une belle sensibilité qu'il serait dommage de ne pas saluer (mais ça n'empêche que ce genre de personnage dans ce genre de film... aie, non... bon, d'accord, j'ai rien dit :-p ).
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
(...) Pierre Salvadori téléscope leurs deux dépressions avec la bienveillance qu'on lui connait, trempant sa plume dans un sens aigu de l'humain et de moments de comédie douce qui soulagent les âmes blessées. Ensemble Gustave Kervern et Catherine Deneuve trouvent l'équilibre dans ce tandem à la dérive, touchant et juste.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil