12 Years A Slave

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Steve McQUEEN
Acteurs :
  Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch, ...
     
Genre :
  Historique
Durée :
  2 h 15
Date de sortie :
  22/01/2014
Titre original :
  12 Years A Slave
 
Note "critique" :
  3,50
 Classement 2014
  19 / 181

Résumé :
.O

xx
.O
A Washington, quelques années avant la guerre de Sécession, Solomon Nothup est kidnappé et vendu comme esclave à un propriétaire esclavagiste du Sud. Le jeune Noir va devoir se battre pour rester en vie dans cet univers concentrationnaire.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
02/02/2014
Ce genre de film me procure toujours cette sensation bizarre : comment ce qu’il nous raconte a-t-il pu exister ??? On me dira que dans 100 ans on jugera peut-être de la même manière les inégalités nord/sud actuels ou même simplement la possibilité qu'en 2014 des gens puissent encore mourir dans la rue mais l'histoire fait froid dans le dos plus que le film en lui-même.

Évidemment les scènes de torture sont dures mais mon petit cerveau s'en déconnecte assez facilement, cherchant ça et là les indices montrant que c'est « du chiqué » pour ne pas être atteint par la violence (j'ai le même réflexe dans les films gore ou devant ceux qui filent la frousse).

Je trouve tout de même dommage que le film n'approfondisse pas le début de l'histoire : qui sont ces deux hommes par qui le malheur arrive ? Comment Salomon a-t-il pu se laisser abuser si « facilement » ? Pourquoi n'a-t-il aucune méfiance alors qu'on sent le coup fourré rapidement ? le commerce de "gens libres" était-il monnaie courante (la phrase de fin ne le dit pas ne parlant que du peu de personnes en étant revenues) ?

Heureusement le film ne se limite pas à cela et les rapports entre esclaves sont intéressants, chacun tentant de trouver une place qui, quoiqu'il arrive, ne sera jamais la bonne (dans cette configuration, Lupita Nyong'o dans le rôle de Patsey, se retrouve entre le marteau et l'enclume et livre une prestation bien plus marquante que Sandra Bullock dans « Gravity » mais nous verrons ce qu’en diront les « Oscars » dans quelques semaines).

Comment faire triompher la vérité ? Appelez Brad Pitt (mais comment peut-on ignorer cela ??? ). Plus sérieusement, cela me refait penser à « Lincoln » de Spielberg et à cette bataille contre l'esclavage : comment dans un même pays peut-on cohabiter avec des idées aussi opposées ? On me répondra qu'en France les élections donnent grosso modo 50% à droite 50% à gauche et que pourtant ça tient mais les points de divergence me semblent moins importants, non ?

Bref, "12 years a slave" est le premier film qui me plait dans cette année 2014... Il fallait donc attendre février pour que le compteur se débloque et si je n’ai pas été transporté par ce long métrage il a quand même suffisamment de qualités pour se démarquer de la meute.   
.O.


Première :
¤ ¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Le réalisateur de Hunger y témoigne encore de sa puissance de mise en scène dans sa manière de traduire l'enfermement et la souffrance vécue par son héros en jouant sur la longueur étouffante des scènes, en évitant un chantage simpliste à l'émotion. À côté de cette maestria, on regrette l'écriture sans nuances de certains personnages et trop de dialogues signifiants. Décidément, McQueen préfère les images aux mots.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil