Tirez la langue, mademoiselle

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Axelle ROPERT
Acteurs :
  Louise Bourgoin, Cédric Kahn, Laurent Stocker, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 40
Date de sortie :
  04/09/2013
Titre original :
  Tirez la langue, mademoiselle
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2013
  53 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
Dimitri et Boris sont frères et tous deux médecins dans le XIIIème arrondissement de Paris. Un soir, ils soignent une petite fille atteinte de diabète et tombent amoureux de Judith, sa mère.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
08/09/2013
La bande-annonce était gentillette et j'étais surtout fan de la dernière scène qui voit un médecin dire à une petite fille de tirer la langue, puis de fermer les yeux pour... lui faire une piqure dans la cuisse  :D

L'histoire de ces deux frangins médecins qui bossent aussi bien en solo qu'en tandem est un joli trompe-l'oeil, puisque Louise Bourgouin servira de catalyseur mais pas de finalité à cette histoire de famille. Les relations entre les deux frères sont plus importantes que la potentielle histoire d’amour et les patients font, en creux, un joli portrait des personnes qui les soignent.

On n’échappera pas à quelques clichés mais ces gars ordinaires qui ont du mal à trouver la voie qui leur convient mais ça reste gentil à défaut d’être transcendant et comme vous vous en êtes rendu compte, en ce moment il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent donc je donnerai une petite moyenne.

Après, pour ceux qui trouvent que « Xav il aime rien », je vous recopie les commentaires des 3 mamies qui étaient juste derrière moi au moment ou les lumières se sont rallumées : "très cul cul", "un peu longuet" et enfin le superbe "pas mal mais pas très intéressant" (sic !). Vous voyez qu’il y a des personnes pires que moi ;-)

Aller, pour un petit film gentillet, ce « tirez la langue, mademoiselle » remplir parfaitement son office… si vous voulez plus, il faudra aller taper dans le rayon du dessus qui est bien vide en cette fin d’été… snif…
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Une grâce de mise en scène qui ressemble à son auteur, réservée mais affirmée, où le creux, le délié et l'esquisse (choix d'écriture de quasi-résistance à une époque de surlignement scénaristique) contrastent les ambiguïtés, intensifient les silences et intensifient les troubles de ses personnages. Une ambition complétée et optimisée par sa manière de filmer ses acteurs (sublime trio tout en complémentarité de corps et de tonalité) à la fois frontalement et pourtant légèrement à la dérobée, donnant sans cesse à leur jeu un contrepoint délicat et une opacité supplémentaire. Après La famille Wolberg, Axelle Ropert fait mieux que tenir ses promesses, elle les sublime.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil