Promised Land

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Gus Van Sant
Acteurs :
  Matt Damon, Rosemarie DeWitt, Frances McDormand, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  17/04/2013
Titre original :
  Promise land
 
Note "critique" :
  2,67
 Classement 2013
  11 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
Steve Butler travaille pour un important groupe énergétique. Il débarque dans une petite ville de campagne, persuadé que les habitants de cette modeste bourgade où il n'y a plus d'emploi ne pourront refuser sa proposition de forer dans leurs propriétés pour trouver du gaz de schiste.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
20/04/2013
N'étant pas un fan des films de Gus Van Sant (bien qu'ayant bien aimé son "Harvey Milk" en 2008), je n'attendais pas grand chose de son dernier film bien que le sujet, pour une fois, m'intéresse : l'exploitation du gaz de schiste ? on en entend parler soit comme une bénédiction soit comme une malédiction et j'étais curieux de voir comment le bonhomme traiterait du sujet.

Le résultat est excellent et il aurait mérité @@@ facilement si le sieur Van Sant avait eu la bonne idée de couper sa caméra 5 petites minutes avant la fin du film. Avant cela, Matt Damon, Frances McDormand et John Krasinski ont joué une partition aux petits oignons, bien aidé par des rôles secondaires au diapason. Gus Van Sant capte la vie de ces commerciaux de belle manière, ne cherchant pas à les idéaliser ou à les démonter : ils font leur job et sont plutôt bon... tant mieux pour eux :-p

Le petit grin de sable qui vient faire dérailler la belle machine mise en place par ce duo est crédible et le déroulement de l'histoire est pendant 95% du temps on passe du point de vue des uns au point de vue des autres dans un ping pong assez stimulant. Malheureusement, la fin gnangnan au possible saborde le film alors qu'il aurait été intéressant de finir avec une belle pirouette, le film ayant été plombé aux USA par une polémique autour de son financement (je cite un article du "Monde" : Promised Land a été cofinancé par la société Image Nation, basée à Abou Dhabi. Un émirat qui, tirant la majorité de ses revenus du pétrole, a tout intérêt à critiquer la concurrence que représente l'exploitation outre-Atlantique des gaz de schiste).

En finissant ainsi, Gus Van Sant n'aurait pas tranché et aurait laissé une belle porte ouverte au spectateur, une invitation à se documenter, à rechercher plus d'information pour se faire sa propre opinion... à la place, il nous sert une fin digne des pires blockbuster americain, ne laissant qu'une interprétation possible qui, finalement, lui a explosé dans les doigts quand on voit ses résultats faméliques aux USA. Grrr... on était si proche d'un excellent film...

.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # (+)
.O.
(...) c'est aussi la fin émouvante d'une Amérique rurale que décrit Gus Van Sant, on attendait un peu plus de l'auteur d'Elephant ou Gerry.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil