People Mountain People Sea

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Shangjun Cai
Acteurs :
  Jian Bin Chen, Xiubo Wu, ...
     
Genre :
  Thriller
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  19/06/2013
Titre original :
  People Mountain People Sea
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2013
  105 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
Dans une carrière en Chine, un homme en tue un autre d'un lâche coup de couteau dans le dos. Peu motivée, la police locale laisse le meurtrier s'échapper, mais le frère de la jeune victime décide de retrouver seul l'assassin.
.O.

Xavier
@

.O.
27/08/2013
Le film avait obtenu le prix de la mise en scène A la Mostra de Venise 2011 avec Darren Aronofsky en tant que président du jury (et ce monsieur est le réalisateur entre autre de "Requiem For A Dream" qui est LE film le plus marquant que j'ai vu au cinéma !).

Les critiques presses étaient très bonnes et le cinéma MK2 de Beaubourg ne se gênait pas pour les afficher... malheureusement la photo est de mauvaise qualité donc je me permets de recopier ce qui était écrit :

> Les cahiers du cinéma : Une mise en scène d'une grande élégance et un final impressionant. (la suite est trop floue).
>> Le canard enchainé : Couronné par le Lion d'argent de la mise en scène à Venise, ce film inspiré d'un fait divers, présente par la seule force de la caméra, le revers de l'essor économique en Chine. Un tableau d'une belle noirceur.
>>> Les Inrockuptibles : Un film à la beauté vénéneuse, à la fois western hyperstylé, rugueux mélo familial et chronique sociale dans la Chine moderne,
>>>> L'humanité : Une oeuvre poétique à la fois crue et pudique. people montain, people sea est à l'image des paysages qu'il dévoile, rude et chaotique mais dangereusement envoutante.
>>>>> Le Monde : C'est du western mais c'est aussi la Bible et Albert Camus réunis. La traque de l'assassin est la chose la plus étonnante qu'on ait vue au cinéma depuis longtemps. Sidérant.
>>>>>> Les échos : ce road-movie chinois entre western et polar offre une extraordinaire plongée dans la chine contemporaine, un film hors norme qui mérite le détour ! >>>>>>> Libération : Un film qui sait se régénérer sans cesse et à la puissance stylistique du feu : cadres au cordeau et incessant souci d'expressivité plastique.
>>>>>>> Télérama : Un périple captivant dans ce qu'il révèle du pays - la misère, la férocité des rapports sociaux. Un étonnant western sur la Chine d'aujourd'hui.
>>>>>>>> Ciné live : Un film qui vous prend d'emblée à la gorge, servi par une mise en scène d'une puissance implacable. Un choc !
>>>>>>>>> Rue89 : Un film qui vous scotche dans un univers stupéfiant, tant géographique qu'humain et cinématographique. Un western chinois fulgurant.

Vous êtes encore là et voulez quand même savoir mon avis ? c'est trop sympa :-)) Et bien comme le suggère ma note, je n'ai pas du tout été emballé par ce film qui est donné par certains comme proposant un nombre de lectures infinies alors que je suis resté hermétique à son histoire de vengeance.

Certes, une vengeance menée par Jian Bin Chen est plus intéressante qu'une vengeance menée avec force fusillades par Jason Statham ou tout autre "action men" américain mais si la "machine à réflexion" s'était parfaitement enclenchée lors de ma vision du lent "Michael Kohlhaas" pour combler les temps morts du récit et les multiples plans centrés sur les paysages plus que sur du blabla, cette fois je n'ai pas réussi à nourrir cette réflexion sur la Chine "d'aujourd'hui" dont ce long-métrage est censé nous parler à travers cette situation.

Du coup le temps m'a paru (très) long, et je me suis senti exclu du film alors que je veux bien reconnaitre que c'est moi qui n'avais visiblement par les armes pour l'aborder. Aurez-vous plus de choses à apporter ? je n'en doute pas mais en attendant, je suis vraiment passé à côté de ce qui devait constituer mon film "choc" de cette fin de vacances. Damned, encore raté :-(
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Ce qui intéresse, ici, n'est pas tant de savoir jusqu'où ira cette traque (même si le final est magistral) mais la tension qu'elle laisse pendant sa progression. Servi par une mise en scène d'une puissance implacable, ce film prend d'emblée à la gorge. La caméra, toujours à bonne distance du héros, le suit à la trace et révèle, à travers lui, le visage d'une Chine malade de l'intérieur. Les amateurs de cinéma asiatique repenseront sans doute au formidable Blind Shaft, de Li Yang. Un choc. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil