Omar

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Hany ABU-ASSAD
Acteurs :
  Adam Bakri, Waleed Zuaiter, Leem Lubany, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  16/10/2013
Titre original :
  Omar
 
Note "critique" :
  3,17
 Classement 2013
  7 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
De nos jours dans la Palestine occupée, trois amis et une jeune femme s'affrontent et se déchirent, partageant pourtant le même combat pour la liberté de leur peuple.
.O.

Xavier
@ @ @

.O.
22/10/2013
Je n’avais pas fait attention que le réalisateur était celui qui, en 2005, avait fait « Paradise now »…mais j’ai immédiatement pensé à lui lors du générique final puisque la musique qui l’accompagne est exactement la même pour une scène finale qui, à chaque fois, doit faire grand bruit (ceux qui auront vu les deux films comprendront !).

À part cela, que donne ce « Omar » ? Et bien c’est l’un de mes coups de cœur de cette fin d’année : la relation entre ces trois gars et cette fille est à la fois simple et impossible et le scénariste arrive à récréer dans la tête du spectateur la confusion qui existe dans la tête du personnage qui donne son nom au film. Amoureux de la belle Nadia mais investit dans la « résistance » (composée d’un mini groupe de copain d’enfance), il brule d’envie et se retrouvera plus souvent qu’à son tour à courrier à travers la ville pour échapper à un destin qui, inéluctablement, le rattrapera.

Peut-on jouer contre plus fort que soi ? Si l’on ne fait aucun faux pas, peut-être mais nous ne sommes pas dans un livre, pas dans un rêve, et ce « héros » se révèlera profondément humain et donc parfois très bête, parfois surprenant, mais toujours avec une certaine naïveté qui lui donne une fraicheur trop souvent oubliée sur nos écrans.

À côté de cela le film fait réfléchir sur le fait de « résister » : si le nombre n’est pas là, si la stratégie n’est pas parfaite, si on est « seul », quelles sont les chances de réussir ? le film incite à prendre son temps, prendre du recul et réfléchir, ne pas se laisser aveugler par « l’ennemi », les guillemets étant là pour rappeler, à l’image du film, que ce n’est pas le Palestinien ou l’Israélien mais celui qui vous empêche de vivre votre vie et vous impose la sienne… parallèle parfait avec l’habituel « la liberté commence là ou s’arrête celle des autres »…

Quel genre donner à ce film ? Un drame d’après le Pariscope… un peu réducteur mais pourquoi pas… en tout cas je vous conseille fortement cette petite virée qui est aussi exaltante que propice à la réflexion puisqu’une fois sortie de la salle, on a envie de voir avec sa voisine ou son voisin quelles étaient les diverses issues possibles et si l’une d’entre elles aurait pu se réaliser avec un pourcentage non nul… une envie… mais en face c’est la vie…

Aller, courrez y et dites moi que vous avez accroché :o)
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Paradise Now, réalisé en 2005 par Abu-Assad, portait un regard puissant sur le conflit israélo-palestinien. Même heureux constat pour Omar, mélange de film noir et de tragédie, où l'aspect inextricable de la fuite du héros, mue par les exacerbations idéologiques, se mêle aux dilemmes moraux. Aucun manichéisme dans l'écriture du destin de ce jeune Cisjordanien solaire pris dans un engrenage fatal mais au contraire une complexité humaine et politique brillamment mise en scène avec la fougue du romanesque et l'énergie désespérée du polar.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil