No

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Pablo LARRAIN
Acteurs :
  Gael García Bernal, Antonia Zegers, Alfredo Castro, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 55
Date de sortie :
  06/03/2013
Titre original :
  No
 
Note "critique" :
  3,33
 Classement 2013
  21 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
En 1988, sous la pression internationale, Augusto Pinochet organise pour la premièr fois un référendum sur sa présidence. Pour mener la campagne du "Non", l'opposition engage un jeune créatif du monde de la publicité.
.O.

Xavier
@ @ (+)

.O.
15/03/2013
Ciné Live s'extasie devant le choix du réalisateur de filmer dans le format des clips (et donc du 4/3 plutôt que du 16/9 ou autre...) ce qui, pour moi ne fait pas beaucoup de différence.... par contre je ne comprends pas le choix de proposer une image aussi "sale" alors que, justement, dans les clips publicitaires, tout est tiré au cordeau. Le choix de cette pseudo-vidéo pourrait se défendre si cela ne virait pas au flou ou à l'image sursaturée de lumière, le réalisateur voulant surement nous faire croire que l'on suit les pérégrinations d'un cinéaste amateur qui ne se rend pas compte quand il explose l'écran avec le soleil... ce qui contredit le montage qui nous montre des phrases qui débutent dans une scène, continuent dans une autre et se terminent dans une troisième.

Heureusement les choix esthétiques plus que discutables de Pablo Larrain ne parviennent pas à desservir le propos du film qui raconte un épisode de l'histoire "moderne" que j'avoue ne pas connaitre (en même temps, j'ai du en entendre parler à la télé mais, avec mes yeux d'enfants, cela a du me passer complètement au-dessus de la tête). Comme de Gaule mettant dans la balance d'un référendum son mandat de chef d'État, voici Pinochet (qui n'a pas dû complètement étudier l'histoire) qui accepte, sous la pression internationale (qui prenait quelle forme ? Qui était menée par qui ? bonnes questions à creuser !) d'organiser un référendum... choix suicidaire pour quelqu'un d'extérieur mais "facile" pour lui qui devait se dire (comme ses détracteurs) que rien ne pourrait l'empêcher de vaincre.

Le scénario décide de mettre deux publicitaires en concurrence dans la même entreprise, un patron et son employé mais est-ce réaliste ou juste fait pour faire monter la sauce ? Là encore, on aimerait en savoir davantage mais le propos du film est ailleurs : comment redonner de l'espoir à des gens qui vivent dans la peur d'être arrêté arbitrairement, torturé voir exécuter sans autre forme de procès ?

Le film redonne ses lettres de noblesse à la télé (qui n'est pas qu'un déversoir d'image sans âme censée préparer le cerveau du consommateur à recevoir le message des vendeurs en tout genre) et à la publicité (et toutes ses images plus ou moins subliminales d'un idéal inatteignable) ce qui n'est pas une mince affaire. Malheureusement, l'histoire est assez linéaire et on ne ressent pas suffisamment à mon gout le courage qu'il a fallu à ces opposants pour oser s'exprimer.

Enfin, cela n'enlève rien au propos du film qui est vraiment intéressant et donne envie de se pencher davantage sur l'histoire du Chili... à travers un bon bouquin car, une fois de plus, la forme visuelle choisie pour ce film est vraiment repoussante. Dommage :-s
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # (+)
.O.
(...). Gael García Bernal parvient à traduire, par la force assurée de son jeu, les doutes d'un personnage dépassé par son talent. L'une des grandes idées de la mise en scène de Larraín est d'utiliser le même format d'image que les clips audiovisuels d'époque afin de brouiller les frontières entre la fiction pure (le film) et impure (les pubs). À la fois mise en abyme et jeu de miroir, voilà un long métrage passionnant, stimulant et jubilatoire. Et allez, puisqu'on est lancé, une dernière pour la route : le 6 mars, dites oui à No ! Bim.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil