Le monde de Charlie

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Stephen CHBOSKY
Acteurs :
  Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  02/01/2013
Titre original :
  The perks of being a wallflower
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2013
  44 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
Dans son nouveau lycée, Charlie est vu comme un être bizarre. De son prof de lettres qui le considère comme un génie à ses camarades qui ne voient en lui qu'un perdant, Charlie est discret jusqu'au jour où deux élèves vont le prendre sous leur aile...
.O.

Xavier
@ @

.O.
15/01/2013
Annoncé comme un phénomène ayant fait son petit effet lors de ses diverses présentations en festival, "Le monde de Charlie" n'est pas à la hauteur des attentes que, finalement, j'avais placées en lui.

L’accroche sur l’affiche ( "On ne passe qu'une fois à l'âge adulte" ) laissait présager d’un petit film d’ado éloigné des clichés habituels et le ton donné dès le départ était plutôt rassurant contrairement à ce que veulent faire croire les films et autres discours tenus 10 ans plus tard, cette période de la vie n’est pas nécessairement "la plus cool de ta vie", et j’étais curieux de voir quelle vision du lycée américain allait nous être proposée.

France/USA, vision diamétralement opposée mais qu'en est-il de la réalité ? Peut-être faudrait-il demander à Michael Moore de nous faire un petit documentaire ? :-p En attendant la vie de cet adolescent qui subit plus qu'il n'agit démarre de belle manière et l'atmosphère du film nous embarque dans ce nouveau monde qui n'a de liberté que le nom, chacun devant trouver sa place dans une case bien formatée.

Il n'y aura pas réconfort à chercher du coté des autres élèves qui caracolent en haut des bulletins de notes ni du coté de la famille ou des anciens amis... il faudra donc chercher ailleurs ou terminer nulle part. Vision pessimiste mais réaliste qui permet au héros parfaitement interprété par un gamin de 20 ans de naviguer dans des eaux plus ou moins douteuses avec une seule question qui ne trouve pas de réponse : comment déclarer sa flemme à Emma Watson (qui a quitté Poudlard mais continue à faire tourner les têtes).

C'est la partie du film la plus réussie et cette jolie phrase trottera dans la tête des spectateurs un bon moment après être sorti de la salle de cinéma : « on accepte que l’amour que l’on croit mériter »… pas faux, mais de le savoir n’aide pas beaucoup, si ? :-p

Le film partait pour être très bon, mais à vouloir trop en faire il se casse la figure sur la fin en voulant faire porter à Charlie un trop lourd secret et en faisant passer sa reconnaissance par un accès de violence (et l’utilisation de quelques drogues parce qu’on sait bien que c’est le seul moyen de se décoincer !). Ne peut-on exister aux yeux du monde qu’en s’imposant physiquement ? S’amuser sans fumer ? En tout cas cette idée m’a mis de mauvaise humeur alors que le début du film m’avait vraiment embarqué et convaincu.

Bref, à trop vouloir en faire, Charlie se prend les pieds dans le tapi et c’est bien dommage car le film était porté par trois interprètes parfaits et l’ambiance générale était finement retranscrite. L’enchantement cesse avant que les lumières ne se rallument et la note en pâtira, les trois arobases censées lancées cette année 2013 se transformant en @@ déçu. Next !
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Le monde de Charlie est donc un récit initiatique, où Chbosky fait entendre une petite musique singulière par son talent à dépeindre les premiers emballements du coeur, le drame en apparence insurmontable des premiers râteaux et l'énergie bouillonnante de l'adolescence. Il a su trouver les vecteurs de sa précieuse sensibilité: un trio d'acteurs à la complicité chaleureuse.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil