Landes

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  François-Xavier VIVES
Acteurs :
  Marie Gillain, Jalil Lespert, Miou-Miou, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  31/07/2013
Titre original :
  Landes
 
Note "critique" :
  1,83
 Classement 2013
  89 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
Le département des Landes dans les années 1920. Liena, une jeune veuve de 35 ans, hérite de l'importante propriété appartenant à son époux et de son rêve le plus cher, faire courir sur toutes ses terres la fée électricité.
.O.

Xavier
@

.O.
06/08/2013
Adapté d'une histoire vraie... l'argument à double tranchant est de mise pour ce drame qui se déroule dans les Landes du début du XXème siècle ce qui donne de très sympathiques paysages. L'histoire est belle mais son développement peine alors que la reflexion sur le progrès censés amener l'arrivée de l'electricité permet quelques refelxions intéressantes.

Malheureusement le coté "vie familiale" est vraiment attendu avec cette histoire entre Jalil Lespert et Marie Gillain et des relations entre propriétaires esquissées à traits bien trop grossiers (avec une Miou-Miou caricaturale) pour vraiment enthousiasmer. Du coup, le film se passe en mode pilotage automatique, l'histoire se déroulant sans surprise et le film se finissant avec toutes les explications nécéssaires pour achever de nous convaincre que cette femme était vraiment formidable.

Bref, ces "Landes" sont inspirantes sur grand écran mais, à l'inverse de Ciné-Live, je n'ai pas trouvé le souffle que l'on est en droit d'attendre lors d'une révolte (ou même d'une révolution suivanat le point de vue !). Le film sera donc rapidement oublié et si l'ensemble n'est pas honteux, je suis bien en peine de lui trouver des points forts autres que quelques jolis paysages ce qui explique sa note finale assez basse :-/

P.S. : La B.O. est un peu discrète et loin d'être transcendante...
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # (+)
.O.
Il y a un an, Claude Miller, avec Thérèse Desqueyroux, proposait de résoudre la même équation que Landes: la difficile émancipation d'une bourgeoise prisonnière des conventions de son temps (les années 20) et de son environnement (la campagne landaise). Audrey Tautou, hier, Marie Gillain, aujourd'hui, sont donc englouties par les mêmes pinèdes, dont la force expressive bouleverse leur trajectoire. Si les deux oeuvres ne manquent pas de souffle, on peut leur reprocher leur trop grande sagesse. À noter, la direction artistique irréprochable de François-Xavier Vives, qui préfère le dépouillement au piège de la reconstitution.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil