Il était temps

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Richard CURTIS
Acteurs :
  Domhnall Gleeson, Rachel McAdams, Bill Nighy
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  2 h 00
Date de sortie :
  06/11/2013
Titre original :
  About Time
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2013
  125 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
Suite à un énième réveillon décevant, Tim apprend par son père que depuis toujours les hommes de la famille ont un don : la faculté de voyager dans le temps. Cette fois le fils va tenter de changer le cours des choses
.O.

Xavier
@

.O.
10/11/2013
Au milieu des nombreuses sorties intéressante de cette semaine (avec pour ceux que j'ai vu du meilleur au moins bon "The major", "le médecin de famille", "la stratégie ender", "Inside Llewyn Davis" et bientôt "Quai d'Orsay"... comment peut-on trouver le temps de voir tous ces films quand on n'est pas en vacances ???), je n'avais absolument pas reperé ce "il était temps" que je casais bien volontier dans la catégorie des "films anglais pleins de bons sentiments" qui ne me font absolument pas rêver.

Ma chtite cousinette à donc décidé d'elargir ma culture ciné avec cette séance du dimanche qui après un départ intéressant, vire très rapidement en mode pilotage automatique et "morale type Disney" ce qui donne un film gentillet et bien inoffensif. Le départ ? Nous suivons la vie d'un mec qui n'est pas un tombeur, ce qui change des comédies avec Hugh Grant qui emballe toutes les nanas ou des films Bridget Jones où deux bellatres se battent pour une fille qui a du mal (mais qui est Renée Zellweger dans la vie de tous les jours ! ).

Tout part de traviole mais un petit tour de passe-passe va permettre au héros de renverser cette situation négative :o) Cela pourrait donner de schoix cornéliens à faire mais le scénario nous annonce une règle un peu bizarre : on ne peut pas voyager dans le futur, juste dans le passé ET il n'y a quasiment pas d'effet papillon, ce petit effet qui veut que lorsqu'on change une toute petite chose dans le passén cela puisse avoir une ENORME incidence sur le futur. Ah ? bizarre cette histoire mais je n'ai toujours pas compris si, une fois la situation remise d'aplomb, le gars pouvait revenir dans le futur qu'il a déjà vécut (vous suivez encore ?) ou pas ? car sinon revenir 4 ans en arroère pour changer quelque chose et devoir revivre les 4 ans ça pourrait déjà être moins engageant.

Ensuite, pourquoi n'y a-t-il pas de règle "négative" ? la seule qui est trouvée est un peu bébète et finalement ces voyages dans le temps n'ont aucune incidence sur le personnage principal ce qui fait qu'il pourrait en user et abuser autant que nécéssaire et la seule chose qui l'en empêche c'est qu'il comprend qu'il faut dès le départ essayer de toujours prendre la vie du bon coté. Ouaouhhh... oups, j'ai dévoilà THE secret du film... ohhh... pas bien...

Vous vous dites que j'abuse, que le film est une petite comédie sans prétention et que je vais chercher la petite bête mais, j'ai eu le temps de réfléchir à tout ça car passé la première heure (où la première demi-heure...) on s'ennuie devant cette galerie de personnage "décalé" qui tourne en rond une fois son idée mise en place. Est-ce que le bonheure de l'un va nécéssairement avec le maleur d'un autre ? finalement est-ce qu'avoir ce pouvoir fait de ce gars un "super-héros" et ne devrait-il pas se sentir des responsabilités plus grandes que celle de rattraper un "oublie d'acheter le pain en rentrant à la maison" (j'abuse, l'exemple n'est pas dans le film mais bon...). Là tout reste centré sur la petite famille (heureusement la soeur à quelques problèmes qu'il faudra aider à régler) et sauf quelques rres dialogues, il n'y a vraiment rien d'inoubliables, les relations père/fils étant d'un gnangnan qui vous obligera à mettre une serviette pour ne pas être éclaboussé par la guimauve.

Bref, un @ pour la première fois du gars qui est hilarante (et surtout la réplique finale) et @@@ en somnifère non remboursé par la sécu :o)
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Émotion jamais fabriquée et éclats de rire sont au rendez-vous de cette comédie romantique, qui révèle tout le potentiel d'un jeune comédien enthousiasmant: Domhnall Gleeson. À lui seul, il fait oublier les coups de mou d'une intrigue qui aurait mérité d'être resserrée et l'aspect scolaire de l'interprétation de Rachel McAdams.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil