9 Mois Ferme

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Albert DUPONTEL
Acteurs :
  Albert Dupontel, Sandrine Kiberlain, Philippe Uchan
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 20
Date de sortie :
  16/09/2013
Titre original :
  9 Mois Ferme
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2013
  139 / 163

Résumé :
.O

xx
.O
Ariane felder est enceinte de cinq mois. Un choc pour cette célibataire endurcie, juge de profession, et qui n'a pas eu d'amants depuis quelques temps. A moins que, lors du dernier réveillon, elle n'ait fauté avec un de ses collègues magistrats. Impossible pour elle de se souvenir.
.O.

Xavier
@

.O.
23/09/2013
À quoi reconnait-on une bonne comédie ? Une bonne comédie ne dévoile pas toutes ses cartes dans une bande-annonce*, une bonne comédie ne parait pas longuette alors qu'elle ne dure que 80 minutes générique compris, une bonne comédie n'abuse pas de gags faciles (l'avocat de Dupontel), une bonne comédie n'abuse pas des caméos (coucou Jan Kounen, coucou Jean Dujardin, coucou bidule et trucs...) et se concentre sur un scénario qu'il faut DÉVELOPPER, l'idée de départ amusante ne l'étant plus quand les personnages n'évoluent guère et que le film se retrouve dangereusement mou.

Vous l'aurez compris, je n'ai pas accroché au dernier film d'Albert Dupontel qui, pour moi, vie plus sur son passé que sur ses dernières performances ("le Vilain", en 2009, ne m'avait pas laissé un grand souvenir) et Sandrine Kiberlain, après le superbe raté de "Tip Top", fait mieux mais cela ne suffit pas à sauver le film.

Bref, "9 mois ferme" fait un carton au BO assez inexplicable et finalement je me suis bien plus marré devant "Les Miller, une famille en herbe" que devant ce film... pour une comédie, c'est quand même le meilleur indicateur, non ?

* Pour voir le film en 2 minutes de façon ultra légale, c'est ICI avec la B.A. !
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Gloire au turbulent Albert Dupontel, qui met ici un énormissime coup de boule à la comédie française formatée TF1. Le sale gosse s'autorise tous les excès dans ce délire cartoonesque: geyser d'hémoglobine, suicide par pendaison d'une femme en cloque, fellations épiques qui s'éternisent... Si les zygos dansent la samba, si le film évite la trivialité gratuite, c'est grâce au soin maniaque -façon Blake Edwards- que porte notre mini Terry Gilliam national au cadre et à la mise en scène.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil