Les Femmes du Bus 678

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Mohamed DIAB
Acteurs :
  Nahed El Sebaï, Bushra Rozza, Nelly Karim
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 40
Date de sortie :
  09/07/2012
Titre original :
  Cairo 678
 
Note "critique" :
  2,83
 Classement 2012
  30 / 101

Résumé :
.O

xx
.O
Nelly, Seba et Fayza vivent au Caire. Venant toutes les trios de milieux différents, elles décident de lutter, à leur façon, contre le machisme parfois agressif qui règne dans la rue ou sur leur ligne de bus et qui souvent reste impuni.
.O.

Xavier
@ @

.O.
22/04/2012
Le film avait excellente presse et j’avais entendu parler plusieurs fois de ce dernier comme le nouveau « une séparation » (pour ceux qui ne connaissent pas ce film, allez faire un tour sur mon classement 2011, vous ne devriez pas mettre trop de temps à le trouver puisqu’il trône tout en haut de la liste !). Il faut dire que l’affiche lorgne largement du côté de son prédécesseur et qu’on a vite fait de mettre dans le même panier un film iranien et un film égyptien…

Enfin, je ne me suis pas précipité sur celui-ci pour ne pas être déçu (plus surement par manque de temps) et c’est sans attente particulière que j’ai découvert les aventures de Nelly, Seba et Fayza. Si l’histoire est quasi inattaquable (syndrome du « film inspiré d’une histoire vraie »), on est loin de la maestria d’ « une séparation » avec ces trois histoires qui se font échos de manière bien trop scolaire, le scénariste voulant à tout prix rattaché ces trois situations.

Ce côté factice porte préjudice au film, tout comme le personnage de l’enquêteur de police qui semble coller là-dessus comme un mauvais personnage de sitcom américaine… bref, il y a de quoi être déçu puisque le film aborde un sujet fort que les trois personnages féminins portent à bout de bras.

Ce sont leurs relations qui permettent au film de ne pas sombrer : l’absence de remord de l’une, le combat désespérer de l’autre, l’attitude trouble de la troisième… et les jugements qu’elles se portent l’une à l’autre… tout le film aurait du se concentrer là-dessus, gardant éloigné les personnages masculins pour montrer que le combat des femmes commence par un combat entre elles : les mamans qui ne veulent pas qu’il y ait dépôt de plainte pour ne pas attirer le déshonneur sur la famille, les « amies » qui vous renvois a la tête que vos « problèmes », vous les avez surement cherchés, etc…

Il y avait de quoi faire un film fort et non un film d’école, trop appliqué à illustrer l’idée qu’il cherche à soutenir… là, ces « femmes du bus 678 » (que l’on attend pendant une bonne partie du film… et qui n’arriveront jamais) restent en surface. On peut saluer l’envie de parler d’un sujet délicat à aborder en Égypte (et ailleurs) mais cela ne suffit pas à faire un bon film. Dommage.
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # (+)
.O.
En s'inspirant de l'affaire Noha Rochdi, première victime d'agression à avoir été reconnue par la justice égyptienne, en 2008, Les femmes du bus 678cerne toutes les facettes de cette loi du silence, avec force et courage. Les familles qui dissuadent leurs enfants de rendre leurs plaintes publiques pour ne pas se voir déshonorer ; la politique de l'autruche d'une police qui préfère les arrangements à l'amiable en faisant culpabiliser les victimes (jusqu'en 2006, un coupable de viol encourait la peine de mort) ; le manque de solidarité des femmes entre elles, quand certaines, voilées dans des schémas passéistes, accusent les plus modernes d'inciter les hommes à les agresser. Poignant, révoltant, porté par un trio de comédiennes qui ne lâchent rien, cet instantané dans la vie de trois Égyptiennes fissurées est le plus beau combat de cinéma mené depuis longtemps pour la dignité de la femme.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil