Le Grand soir

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Benoît DELEPINE, Gustave KERVERN
Acteurs :
  Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, ...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  06/06/2012
Titre original :
  Le Grand soir
 
Note "critique" :
  2,17
 Classement 2012
  101 / 101

Résumé :
.O

xx
.O
Le clan Bonzini, enfin les parents, tient le restaurant La Pataterie dans une zone commerciale. Leurs deux fils, Not, le punk rebelle et Jean-Pierre, le vendeur de matelas, vivent aussi dans cet endroit sinistre où règnent les grandes surfaces.
.O.

Xavier
0

.O.
02/07/2012

« Mammuth », le précédent film du duo Delepine/Kervern m’avait beaucoup plu et le casting de ce nouveau film annonçait le meilleur avec Albert Dupontel qui aime bien les films « barrés » et Benoit Poelvoorde qui n’est pas avare de sa personne. Le résultat est malheureusement imbuvable avec des personnages hautement antipathiques et un message du type « on a réussi à les rendre libres, mais qu’est-ce qu’on se fait chier » qui m’a laissé plus que perplexe.

Qu’est-ce qu’être libre aujourd’hui ? La question peut se poser et fait un joli écho au sujet tomber cette année au bac : « Serions-nous plus libres sans l'Etat? » (et sa « correction » faite par le prof qui travaille avec le Huffington Post). Avec des parents azimutés (enfin, surtout la mère), on se dit que les enfants ne partaient pas avantagés dans la vie mais le film ne trouve aucune histoire à développer entre les parents qui travaille à « la Pataterie » (ça va finir par se savoir !), le premier fils vendeur qui ne supporte pas son métier et va dégoupillé (mais bien sûr il ne supporte pas aussi sa vie et le fait de devoir s’occuper d’un gamin) et le second fils, clochard qui vie avec son chien et veux faire la révolution…

Quand on a pas d’histoire, on fait des sketchs, ce qui est sympa quand on ne sent pas le « tour de force » que les réalisateurs/scénaristes tentent de réaliser : que ce soit la scène ou les deux frères parlent en même temps (belle performance d’acteur mais on a déjà vu plus subtil pour dire qu’ils ne s’écoutent pas et ne font même pas attention à la réaction de leur interlocuteur), que ce soit le long travelling ou les frangins décident « d’aller tout droit » (là encore, entre l’idée et la façon de la montrer à l’image, le littéral est pas toujours la meilleure idée) ou la discussion entre le père et le vigile (pour le coup, la plus amusante des trois), on ne ressent aucune sincérité, mais juste un fort sentiment de spectacle assez désagréable au final.

Les intentions étaient surement louables mais les gros sabots écrasent tout et je n’ai pas du tout accroché à ce film qui est tout sauf « réel », les deux acteurs principaux n’aidant pas avec un show qui tourne à vide autant pour Benoit Poelvoorde que pour Albert Dupontel  ce qui débouche sur un long moment de solide pour le spectateur et une furieuse envie de partir avant la fin (mais par acquit de conscience, je ne le fais jamais et ce film qui va changer cette habitude !).
.O.

Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # (+)
.O.
Kervern et Delépine ont opté pour une mise en scène minutieuse, ouvrant la porte à de très jolis moments. Et aussi de bonnes idées de casting comme celle d'avoir confié le rôle de la mère du duo à l'excentrique Brigitte Fontaine ! On pourra, certes, regretter qu'il manque à ce Grand soir la poésie et l'émotion de leur précédent film, Mammuth. Pour autant, il y a encore de quoi se régaler, notamment des instants oniriques sur fond de Wampas qui apportent une touche assez originale à l'univers des deux réalisateurs ex-grolandais. Lesquels affirment ainsi leur maîtrise d'un genre qu'ils ont fait leur : le film d'auteur social. Jusqu'à l'excellente trouvaille qui clôt le film ! 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil