Laurence Anyways

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Xavier DOLAN
Acteurs :
  Melvil Poupaud, Suzanne Clément, Nathalie Baye, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  2 h 40
Date de sortie :
  18/07/2012
Titre original :
  Laurence Anyways
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2012
  21 / 101

Résumé :
.O

xx
.O
Laurence annonce à Fred, la femme qu'il aime, qu'il souhaite changer de sexe. Seuls contre tous, Laurence et Fred affrontent les préjugés de leurs amis et de leur famille. Une nouvelle vie faite de luttes et de larmes mais aussi d'un nouveau futur.
.O.

Xavier
@ @

.O.
20/07/2012
Drôle de film que ce "Laurence anyways" qui a pour lui de sortir des sentiers battus, ce qui est un très bon point dans cet été qui ne vie que via les films pour enfants et les blockbusters plus ou moins réussit (vous avez dit "The Dirk Knight Rise" ?). Enfin, une idée originale ne fait pas toujours un bon film mais Xavier Dolan se laisse le temps pour raconter l'histoire de ce couple qui semble avoir trouvé la recette du bonheur mais qui vacille le jour ou l'homme décide de devenir femme.

J'avoue avoir du mal à imaginer la situation dans la vie de tous les jours mais Suzanne Clément, que je ne connaissais pas, mérite son prix d'interprétation à Cannes (dans la section "Un certain regard") avec un abatage assez énorme pendant tout le film. J'ai également beaucoup aimé le rôle et l'interprétation de Nathalie Baye ce qui fait malheureusement un peu trop pencher la balance du côté des rôles féminins dans le film quand on ajoute Monia Chokri dans le rôle de la soeur.

En face, Melvil Poupaud laisse parfois perplexe, son personnage ayant du mal à franchement convaincre ce qui, paradoxalement, lui donne sa force : nous ne sommes pas dans un n-ième "madame Doubtfire" et cet homme qui se sent femme et essaye d'assumer cela est parfois exaspérant mais souvent touchant. La relation du couple, sur le mode "on sera plus fort que les autres" avant de s'étioler est assez bien retranscrite et, au final, si le film souffre de quelques longueurs, il reste tout a fait honorable.

"Laurence anyways" ne plaira pas a tout le monde mais si vous n'êtes pas contre les histoires qui sortent des sentiers battus vous trouverez quelque chose de vraiment convenable si vous n'êtes pas trop pointilleux... mais, même dans ce cas, Xavier Dolan risque bien de vous embarquer dans sa fresque qu'il prend le temps d'installer sur une petite dizaine d'années ce qui donne quelques ellipses frustrantes mais permet de voir une évolution si rare à l'écran.

Bref, si le film n'a pas réussit a m'enthousiasmer, il reste très solide et je suis bien embêté au moment de lui mettre une note, le temps passé me faisant garder les bons cotés plus que les mauvais, il n'est pas dit qu'en fin d'année je ne change pas sa note pour l'augmenter un peu :-
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # (+)
.O.
Après avoir tué sa mère et rêvé d'amours imaginaires, le (sur?)doué Québécois a décidé de marquer les esprits. 2h39, c'est inhabituel pour un film labellisé auteur, mais après tout son sujet l'est tout autant au cinéma! Melvil Poupaud et Suzanne Clément forment un beau couple à l'écran, la plongée dans les nineties est irréprochable, dommage que la mise en scène ne fonctionne que par fulgurances. Chaque séquence est ponctuée par de jolis clips censés suspendre le temps. Résultat, le film finit trop souvent par nous échapper. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil