La taupe

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Thomas ALGFREDSON
Acteurs :
  Gary Oldman, Mark Strong, John Hurt, ...
     
Genre :
  Thriller
Durée :
  2 h 10
Date de sortie :
  08/02/2012
Titre original :
  Tinker, Tailor, Soldier, Spy
 
Note "critique" :
  1,83
 Classement 2012
  64 / 101

Résumé :
.O

xx
.O
George Smiley est le meilleur agent du "Cirque", les services secrets britanniques. Alors qu'il est en retraite depuis peu, le 10 Downing Street fait appel à ses services pour une dernière mission face à l'ennemi de toujours : Moscou. Tout le talent des acteurs anglais.
.O.

Xavier
@

.O.
10/03/2012
J'avais lu des échos très divers concernant ce film qui faisait pour certain « l’effet d’un puissant somnifère » tandis que d’autres saluaient la production d’un film d’espionnage "comme on en fait plus"… au moins, j’étais quasi sûr de ne pas voir un film « moyen » et cela me laissait l’espoir de voir enfin un bon film, cette année 2012 étant loin d’être inoubliable :-(

Petit conseil si vous voulez profiter du film : faites une bonne nuit de 12h avant car ce n’est pas son rythme qui va vous tenir éveiller. Pire, une attention extrême est demandée pour suivre le nom des personnages qui m’ont paru tellement mal identifiés que parfois j’avais des doutes sur qui correspondait à quel nom quand ils parlaient les uns des autres :-s.

Le jeu en vaut-il la chandelle ? Pour moi, non… certes, l’histoire change du classique « bim bam boum… on finit l’histoire après 4802 cascades sans une égratignure » mais j’ai eu l’impression d’un film rendant hommage à la série « Derrick » qui ne fait pas partie de mon panthéon personnel en ce qui concerne les séries télé ! Bref, si cette « taupe » sort des sentiers battus, ce que l’on pourra saluer, elle n’ouvre pas une route qui m’a parlé… aurez-vous plus de chance ? C’est tout ce que je vous souhaite.
.O.

Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# (+)
.O.
Le cinéaste suédois, qui nous avait estomaqué avec Morse, se mesure à un double enjeu : adapter John Le Carré, auteur britannique de thrillers d'espionnage sur la guerre froide, et reconstituer avec force moyens cette époque. Las, c'est dans le piège du second qu'il égare toutes les qualités du premier. L'intrigue, mécanique sophistiquée de faux-semblants, se délite dans un musée poussiéreux, où ne manque aucun détail du quotidien britannique des années 60. Un apprêt suresthétisant asphyxiant la mise en scène qui se résume à de très appuyés travellings avant et arrière (le méchant joue aux échecs, d'où cette brillante idée concept). Amère désillusion.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil