Holy Motors

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Leos CARAX
Acteurs :
 

Denis Lavant, Edith Scob, Eva Mendes, .....

     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 55
Date de sortie :
  Holy Motors
Titre original :
  04/07/2012
 
Note "critique" :
  3,00
 Classement 2012
  48 / 101

Résumé :
.O

xx
.O
Monsieur Oscar dans une grande limousine voyage de l'aube à la nuit, de vie en vie. Grand patron, criminel, clochard, père de famille respectable... Il est tout ces personnages mais, lui, qui est-il ?
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
17/07/2012
Drôle de film, quasi impossible à raconter, quasi impossible à comprendre aussi si l'on n’a pas un master en "leos carax"... Si l'on s'en tient au ressenti, et qu'on enlève celui d'avoir l'impression que la salle des Halles va s'effondrer puisque des travaux avaient lieu juste au-dessus et que nous entendions de nombreux bruits parasites pas vraiment rassurants, il reste un film qui navigue continuellement entre les moments de poésie et ceux de grand guignol.

De ce que j'ai lu sur les forums, les références aux films des 100 dernières années sont multiples mais je n'ai pas vu le panneau d'avertissement en rentrant dans la salle "attention, film compréhensible que par les cinéphiles de plus de 50 ans ou ceux qui ont vu toute ma filmographie". "Pola X" date de 1999 et si je me souviens en avoir entendu parler à sa sortie, je n'avais pas eu l'occasion de le voir... ", "les amants du pont neuf" date de 1988 et j'allais peu au cinéma à ce moment-là (ou pour voir "Croc Blanc" avec ma première paire de lunettes :-p )...

Ainsi, je n'avais clairement pas les armes pour "comprendre" ce film et quand je lis les messages sur les forums d'Allociné citant des films comme "Max mon amour", "Yeux sans visages", "Judex"... des cinéastes qui me sont inconnus comme Franju et d'autres références qui doivent être connues d'un nombre relativement restreint de spectateurs. Sans ces clefs, il est difficile d'expliquer la sensation ressentie lors de cette balade d'environ deux heures au côté d'un personnage assez mal identifié qui semble être un tueur qui se déguise pour des "missions" dont on ne sait rien et dont on ne comprend pas grand-chose.

Il y aurait une critique du cinéma, bien visible lors de la scène du cimetière mais, là encore, on sent un message destiné aux initiés dont je ne fais définitivement pas partie ! Enfin, à la différence de "de Rouille et d'Os", "Moonrise Kingdom" et "Cosmopolis" (dont il fait échos avec ses voyages en limousines...) tous sélectionné à Cannes et sous la moyenne pour moi (et visiblement pour le jury qui ne les a pas récompensés), ce "Holy Motors" a une part de mystère qui joue pour lui et permettra au film de surnager un peu... mais c'est assez frustré que je suis ressorti de la salle, avec le même ressenti que j'avais eu lorsqu'au collège j'étais tombé sur un sujet de maths du baccalauréat : cela m'avait intrigué même si je n'en comprenais pas le moindre mot et j'avais envie de comprendre ce que je voyais. Ici c'est la même chose ce qui explique ce @@(-) surement gentil mais sans comprendre les réactions extatiques de nombreux journalistes (qui nous la joue Terrence Malik, cinéaste maudit et tout le toutim), je n'ai pas non plus rejeté en bloc ce que j'ai vu comme ce fut le cas de "Cosmopolis"... m'enfin (comme dirait Gaston Lagaff).
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # (+)
.O.
On tremble souvent à l'idée que le film sombre dans une folie stérile, que se rompe ce mince filin qui le relie encore au spectateur. Mais Carax récupère toujours son récit et étaye précisément son édifice. Dans un chaos magnifique, il nous livrera ses visions pour "la beauté du geste", comme le répète son héros protéiforme et alter ego. Attention, Carax est de retour. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil