De l'autre côté du périph

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  David CHARHON
Acteurs :
  Omar Sy, Laurent Lafitte, Sabrina Ouazani, ...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  19/12/2012
Titre original :
  De l'autre côté du périph
 
Note "critique" :
  1,50
 Classement 2012
  99 / 101

Résumé :
.O

xx
.O
Un matin sous la partie du périphérique qui sépare Bobigny de la capitale, le corps de l'épouse du premier patron de France, Jean-Eric Chaligny, est retrouvé sous des poubelles. François Monge et Ousmane Diakité, deux policiers aux méthodes radicalement différentes, vont devoir mener l'enquête ensemble.
.O.

Xavier
0

.O.
25/12/2012
La comparaison était inévitable : Omar Sy revenant sur les écrans avec une comédie, quasiment un an après le colossal succès d’ « intouchables », serait-ce un jackpot ou un énorme four ? Coté box-office, personne n’espérait taquiner les 19 000 000 d’entrée du colosse de 2011 mais dans un mois de décembre assez pauvre en comédie et avec l’aide des vacances scolaires, il y avait mieux à faire que ce petit million d’entrées qui devrait être son cumul final (NDX : le mois de décembre étant déserté coté « bons films » et janvier ne faisant pas mieux hormis « Django unchained » de Tarantino, le film émarge à un improbable 2 155 699 spectateurs fin janvier… déprimant !)

Enfin, si le box-office est plus qu’honorable, que donne le film ? Rien de bien folichon, le duo « Laffite / Sy » tapant dans la catégorie poids plume du Buddy Movie, ces films qui associent des personnages que rien ne prédestinait à évoluer ensemble mais qui, finalement, vont apprendre l’un de l’autre en même temps qu’ils mèneront à bon port une enquête dont on se fiche un peu.

Paris contre Banlieue ? Carriériste planqué contre flic de terrain obstiné ? Josh Beaumont contre Alex Foley ? Le professionnel contre L’arme fatale ? Une femme potiche contre un Papa qui élève seul son fils ? On continue les clichés ? La presse s’est extasiée devant l’inattendu conservatisme du personnage de Sy comparé à celui de Laffite ? Ils ont fumé quoi avant de regarder le film ?

L’accumulation de clichés est juste indigeste et quand les personnages se chamaillent, on sent l’écriture des dialogues qui perdent de leur spontanéité, l’étiquette « phrase devant faire mouche » flottant au dessus de leur tête.

Le « j’ai mal à ma France » après que Sy se soit fait enquiquiner au « 36 » lorsqu’il va rencontrer Laffite et qu’il joue au con en montrant sa carte de bibliothèque à des policiers qui semblent dire que c’est impossible qu’il soit flic car il est noir ne m’a pas fait rire comme de nombreuses situations qui semblent bien déconnectées de la réalité.

Bref, rien de remarquable pour cette petite comédie qui sonnait surement bien sur le papier mais qui enfile les perles en suivant le manuel de la « parfaite petite comédie censée remplir les salles » ce qui est la dernière des choses à faire pour conquérir le public (et une Bande Originale correcte n’est pas inutile, celle de ce film tombant plus souvent dans la parodie qu’autre chose).
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # (+)
.O.
Ah, la sempiternelle opposition entre Paris et la banlieue! Un air de déjà-vu renforcé par la présence d'Omar Sy dans un emploi très proche de celui d'Intouchables. Mais ce 48 heures à la française réussit pourtant parfois à décoller grâce à la complicité qui unit Omar et Laurent Lafitte. Pas de doute, ces deux-là ont la vis comica chevillée au corps. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil