Cheval de guerre

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Steven SPIELBERG
Acteurs :
  Jeremy Irvine, Emily Watson, Peter Mullan, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  2 h 30
Date de sortie :
  22/02/2012
Titre original :
  War horse
 
Note "critique" :
  2,08
 Classement 2012
  75 / 101

Résumé :
.O

xx
.O
Albert, un jeune garçon, et son cheval Joey sont inséparables. Pourtant un jour l'animal est vendu à la cavalerie britannique, c'est le début de la Première Guerre mondiale. Une belle amitié et une fantastique odyssée signée Steven Spielberg.
.O.

Xavier
@

.O.
12/03/2012
Après un Indiana Jones bas du plafond et un Tintin peu convaincant, Spielberg nous propose "cheval de guerre", un film évoquant la guerre de 14-18.

Passer après le tour de force de "il faut sauver le soldat Ryan" et sa puissante évocation de la guerre 39-45 avec cette scène de débarquement sur les plages normandes n'était sûrement pas aisé mais en voyant ce film je me qui demandé ce qui avait poussé Spielberg à le réaliser...

Tout sonne faux et l'histoire est un pudding de bons sentiments aussi détestables que cette habitude de faire parler tout le monde en anglais.

Dis donc, mister Spielberg tu ferais bien de remettre en question tes choix de scénario ou tes qualités de cinéastes car si E.T. avait une histoire simple elle était transcendée par des acteurs et des décors marquants.

Cette fois les acteurs sont passables et les scènes passent les unes après les autres comme un manège qui ne s'arrêterait jamais mais dans lequel on s'ennuie.


P.S. : Je serais curieux de savoir ce qui se cache derrière le "délire de l'oie" parce que l'animal est bien montré à l'écran alors qu'il ne sert à rien de rien... Space...
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :

 

# # # # #

 

ou

 

# (+)

.O.
Il y a dans Cheval de guerre les réminiscences de John Ford, les travellings de David Lean, mais aussi et surtout beaucoup de Spielberg. Le film est à son image : une idée par plan, des séquences hallucinantes de maîtrise, une image en forme de toile de maître. À ce niveau, Cheval de guerre est sûrement le film le plus maîtrisé, le plus inspiré de sa carrière. Mais il y a aussi dans cette histoire d'amitié entre un jeune homme et un cheval toutes les thématiques qui agitent le cinéaste depuis près de vingt ans : la guerre, la mort, la séparation, la rébellion. En cela, le conte de fées que certains verront est en fait une oeuvre sombre et désespérée, à l'image de ce cheval, perdu dans un no man's land, blessé et sans grand espoir d'en réchapper. Pour le reste, que dire de plus si ce n'est que Cheval de guerre est d'ores et déjà un classique du cinéma. Tout simplement.


On le lira -ici et là-, Cheval de guerre est le film SOMME de son respectable auteur. Une épithète à double tranchant utilisée par les "gentils" pour exprimer leur joie de voir, sur plus de deux heures, du Spielberg illustré ; les "lucides", eux, railleront le talent endormi d'un cinéaste qui a, certes, fait pire, mais aussi beaucoup mieux. (...) Une magie totalement absente de ce Cheval de guerre, succession de chromos édifiants et mal assortis (la partie française restant un sommet de ridicule !). Voilà donc Spielberg seul sur scène face à un public qui connaît déjà tous les trucs. L'image de Joey - le cheval - prisonnier des barbelés entre deux tranchées ennemies apparaît comme une métaphore définitive. À moins qu'il ne s'agisse de la stupide oie du début qui, involontairement, annonçait la couleur du désastre à venir!
.O.


Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil