Tron, l'heritage

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Joseph KOSINSKI
Acteurs :
  Jeff Bridges , Garrett Hedlund , Olivia Wilde , …
     
Genre :
  Science-fiction
Durée :
  2 h 05
Date de sortie :
  09/02/2011
Titre original :
  Tron, legacy
 
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2011
  73 / 104

Résumé :
.O

xx
.O
Un jeune homme, dont le père fut un brillant concepteur de jeu vidéo, enquête sur sa disparition mystérieuse. Il se retrouve prisonnier de programmes et de jeux dans un monde parallèle où son père est enfermé. Pour en sortir, il faudra déhouer mille pièges... Images réelles et virtuelles pour une aventure fantastique.
.O.

Xavier
@

.O.
28/02/2011
Premier film vu en IMAX, avec mon petit cousinou Pierrick à Ivry, Tron a bénéficié d’un visionnage dans les meilleures conditions : écran de la taille d’un immeuble, son qui dépote et 3D… lamentable comme d’habitude, surtout quand on voit que le supplément est de 3 euros pour avoir des lunettes qui n’ont pas de piles (donc aucun cout) et qui sont distribuées sans lingettes pour les nettoyer (à la différence d’UGC) ce qui fait un peu hurler quand on voir le nombre de traces de doigts et de rayures qu’il y a dessus.

Enfin, là n’est pas le problème, mais bon… je ne suis pas prêt d’y remettre les pieds ! Plus sérieusement, je n’avais pas vu le premier « Tron » (j’avais à peine un an et je ne suis pas certain qu’à l’époque j’allais 100 fois par an au cinéma !) et je n’ai pas souvenir de l’avoir vu à la télé donc j’étais vraiment « vierge » au niveau des attentes d’un film qui avait pour principal atout sa BO composée par Daft Punk et un coté « F-zero » qui rappelleront de bons souvenirs à tout ceux qui ont un jour joué à la super Nintendo.

Coté scénario et acteurs, j’étais donc près à me contenter du strict minimum et pour cela, je n’ai pas été déçu : je ne connaissais pas l’acteur qui joue le gamin, mais il est particulièrement inexpressif, même quand sa tête s’affiche en 6m par 12m ! Jeff Bridges est en service minimum en papa/gourou à l’ouest et la petite mignonne de service devrait prendre des cours chez Leeloo Dallas Multipass (cf “le 5ème élément” qui reste un de mes films de SF préféré).

Coté « action », je m’attendais à beaucoup plus, surtout que notre héros arrive dans un monde qu’il ne connait pas et doit directement se battre ce qu’il fait aisément alors qu’il n’a jamais eu l’occasion de tester ses armes… c’est fort mais un peu con sauf si il a été aidé par la matrice !!!! Deux pauvres scènes d’actions viendront faire bouger un peu tout le monde alors que le film dure un peu plus de deux heures !!! A la place, on nous sert l’habituelle théorie de l’humain imparfait et le sauvetage d’un peuple de gentils niais… mais arghhhh … on est en 2011 faudrait changer de disque !

Le disque ? Parlons- en !!! Daft Punk avait assuré avec son album Discovery, le mettant en image dans le film « Interstella 5555 » avec une réussite certaine. Je leur faisais donc totalement confiance pour illustrer au mieux ce film qui devait permettre à leur style, assez enlevé, de s’exprimer sans être bridé. Le résultat est très décevant, et ce n’est pas l’écoute de la bande originale, le lendemain, qui va me réconcilier avec des morceaux qui frôlent parfois la musique d’ascenseur.

Bref, vous l’aurez compris, pour apprécier ce « Tron » vous avez intérêt à ingurgiter quelques cafés, avaler quelques vitamines et prendre le stock d’allumette pour vous tenir les yeux ouverts… sinon, un bon lit ou un tour en vélo fait le même effet et coute moins cher ;-)
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Soyons honnêtes, la partie live et le canevas psychanalytique (deux conflits oedipiens pour le même prix, c'est fête) ne sont pas les meilleurs éléments d'un scénario parfois amorphe. Mais Tron vaut avant tout pour ses superbes poursuites (rendues encore plus spectaculaires grâce l'immersion de la 3D), son esthétique électro-pop et sa démesure graphique. À ce niveau, le film remplit parfaitement son cahier des charges. Secondé par la musique planante de Daft Punk, Tron l'héritage est une époustouflante et vertigineuse plongée dans un univers virtuel, servi par une mise en scène évitant le tape-à-l'oeil pour se concentrer sur une redoutable efficacité d'exécution.  
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil