The Prodigies

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Antoine CHARREYRON
Acteurs :
  Jeffrey Evan Thomas, Jacob Rosenbaum, Dominic Gould, ...
     
Genre :
  Animation
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  08/06/2011
Titre original :
  The Prodigies
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2011
  69 / 104

Résumé :
.O

xx
.O
Jimbo est un prodige : il possède une intelligence surhumaine et peut contrôler l’esprit des autres. A l’aide d’un jeu en ligne, il repère des adolescents possédants les mêmes caractéristiques. Lors de leur rencontre, un évènement dramatique les entraîne dans une terrible vengeance. Une adaptation du célèbre best-seller de Bernard Lantéric.
.O.

Xavier
@

.O.
13/06/2011
X-Men version franchouillard, ça donne quoi ? Un film d’animation assez violent (mais on est loin de « Sin City » et l’interdiction au moins de12 ans est là pour prévenir les âmes sensibles) qui ne convainc jamais malgré un nombre incalculables de pistes laissées les unes après les autres sur le coté, la fin ne servant que d’ouverture à d’autres films qui ne verront surement pas le jour vu le score pitoyable de ce dernier au box-office.

Il y avait pourtant du potentiel et je vais tacher de trouver le livre dont est adapté le film « la nuit des enfants rois », de Bernard Lenteric, pour me faire une idée plus précise de ce qu’a « raté » le film. Le film nous sert de son coté une histoire peu convaincante sur ces surdoués capables de « contrôler une partie du cerveau des gens » sans nous faire comprendre en quoi le « une partie » est important, puisqu’à l’image, que les personnes soient vivantes ou mortes, les gamins arrivent à les contrôler comme des marionnettes et leur faire faire ce qui les intéresse… Sont-ils tous au même niveau ? Ont-ils tous les mêmes motivations ? Nous n’en saurons rien… ces enfants restant très obscurs !

Ce n’est pas le personnage de Jimbo Farrar, censé être le pivot de l’histoire, qui est transparent au possible, qui nous aidera : il est censé avoir été aidé, a réussi à trouver une certaine forme de sagesse pendant 20 ans mais est incapable d’inculquer ce qu’il a appris et compris aux gamins car… il est occupé avec sa copine ? Quel est le message que l’on doit comprendre ? Que la vie de couple empêche de s’épanouir ? Bizarre mais pas autant que ce personnage qui se prend 5 coups de poings en pleine figure et qui garde ses lunettes parfaitement ajustées, ou cette fin qui voit (enfin) la bande scindée pour la première fois !

Bref, « The Prodigies » avait des arguments à faire valoir mais il reste en surface quasi continuellement et c’est frustré que l’on sort de la séance : la lecture du bouquin changera peut-être la donne mais en attendant le film est très largement oubliable.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # (+)
.O.
Comme le roman, le film véhicule alors son lot d'ultra violence, faisant jaillir la question du public auquel il est destiné. Pour un jeune public ? Et se pose le problème de l'adéquation entre le contenu et l'audience. Pour un public averti ? Et The prodigies pêche alors du manque de fond et de réflexions sur chacun des personnages. L'originalité et l'efficacité des partis pris graphiques et de mise en scène pallient quant à eux comme ils peuvent à cette incertitude. Certains s'en satisferont. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil